Lancement et échos de la campagne présidentielle au Gabon : Revue des projets de société des candidats

Casimir Oyé Mba et son épouse

Annonces

Partagez!

Les premiers jours de la campagne électorale révèlent que les projets de société de nombreux prétendants au fauteuil présidentiel manquent de substance.

Lancée samedi 13 août dernier, la campagne pour l’élection présidentielle du 27 août prochain bat son plein sur toute l’étendue du territoire national.

A la lumière des échos qui remontent des différents coins du pays, l’on relève qu’au 3ème jour du déroulement de la campagne, le peuple semble encore loin de se faire une idée précise au sujet des principales articulations de projets de société des différents acteurs engagés dans la course au fauteuil présidentiel.

A ce stade de ces joutes verbales, un projet de société semble ravir la vedette et se démarque de façon remarquable. C’est celui du président sortant, Ali Bongo. Non seulement qu’il se fonde sur des bases solides, il a également le mérite de donner de la perspective dans le temps.

Avec en prime le fait qu’étant de belle facture dans sa conception, il s’énonce aussi bien.

Depuis le stade d’Agondjé situé dans la nouvelle commune d’Akanda, au Nord de Libreville, où il a lancé sa campagne, le président candidat à sa propre succession a déclaré devant près de 60.000 Gabonais vouloir gérer et inscrire le Gabon de demain dans le marbre de l’Egalité des chances.

Pour atteindre cet objectif, il sollicite l’adhésion massive de tous les Gabonais, particulièrement ceux issus des familles pauvres, les jeunes sans emplois et surtout les femmes à qui il a indiqué le cap. «Changeons ensemble », leur a-t-il lancé. Avant d’ajouter : « Je fonde tous mes espoirs sur les exclus de la société pour mettre fin au système éculé des privilèges ».

De la part des 13 autres candidats en course, pas grand-chose ne filtre en dehors de quelques généralisations et ambitions plutôt utopistes les unes des autres.

Pêle-mêle, l’on retient qu’au rond-point de Nkembo, un quartier dans le 2ème arrondissement de Libreville, par où il a entamé sa campagne, le candidat indépendant Ella Nguema a levé le voile sur le principal pan de son projet. Lequel reposerait sur l’économie de production faisant la part belle aux petits métiers des jeunes. Il axe également son projet sur l’éradication du chômage des jeunes par la promotion de l’entrepreneuriat. Source des richesses aussi bien pour les individus que pour l’Etat.

Depuis Koulamoutou, l’ancien président de l’Assemblée nationale, Guy Nzouba, a révélé son programmé moulé dans le concept « Gabon d’abord ». Pour cet ancien hiérarque qui a claqué le Parti Démocratique Gabonais, au pouvoir, sa vision politique sera axée sur deux principaux chantiers à savoir l’état de droit et une gouvernance démocratique bien enracinée. Seule façon d’après son concepteur d’asseoir un nouveau pilotage de l’action politique.

A Lebamba, qui lui a servi de rampe d’ouverture de sa campagne, Pierre Claver Maganga Moussavou, président du Parti Social Démocrate (PSD), est resté fidèle à sa vision politique bâtie sur fond de provincialisation. 7 piliers, a-t-il décliné, en constituent les fondements à savoir : éthique, déploiement d’une politique économique structurée, construction des routes, santé, éducation et formation professionnelle, politique nataliste en matière de population, co-développement et immigration sélective.

Du côté de Nkembo, le candidat Mba Abessolo a choisi l’église Saint Michel pour égrener les pans de son programme. Outre l’école cadeau, la santé et une économie diversifiée, l’ancien prêtre de l’église catholique a lancé dans le microcosme politique gabonais le concept de tétravalence…

Pour ce qui est de Casimir Oye Mba, qui était du côté de PK 12, dans le 6ème arrondissement, l’on a entendu beaucoup plus des appels à un sursaut pour un changement profond. Les quelques curieux venus l’écouter sont repartis sur leur faim.

Depuis Lambaréné où il a engagé son discours de la méthode pour convaincre ses partisans jusque vers la commune de Ntoum située à 40 km de Libreville, C’est le clair-obscur pour le candidat Jean Ping qui se fait le chantre de « Libérer le Gabon de la peur ».

Quant à Léon Paul Ngoulakia, en dehors de l’avoir aperçu au siège de son état-major de campagne basé dans les Akebé, au 3ème jour de cet exercice verbal, sa sortie a ressemblé à une parade de santé. Rien de plus. A suivre !

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Be the first to comment on "Lancement et échos de la campagne présidentielle au Gabon : Revue des projets de société des candidats"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*