(Congo-Brazzaville) Débat constitutionnel : Prise en otage de la volonté populaire

Ads

Partagez!

En démocratie, c’est l’opinion majoritaire qui l’emporte, et les manifestations pacifiques légales sont des moyens qui permettent aux citoyens de montrer leur refus de se laisser abattre par la dictature. Toutefois, depuis que le débat sur le respect de la constitution fait rage au Congo, seul le pouvoir, c’est-à-dire le camp qui demande le changement de la constitution, organise chaque jour des manifestations pacifiques. Par contre, l’opposition est toujours aux abonnés absents, et lorsqu’elle les organise, ce n’est pour les mettre dans une boîte au palais des congrès, mais jamais en plein air. Le peuple congolais n’est-il pas déjà retenu en otage?

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Prosper Akouegnon
Prosper possède 15 ans d'expérience dans le journalisme. Il a précedemment travaillé pour le journal le Républicain et Le Scorpion Akéklé à Lomé. Devant la montée en force de la presse en ligne et la chute des presses traditionnelles, il décide de monter le site d'information en ligne AfricTelegraph en 2015 et s'installe au Gabon.

Be the first to comment on "(Congo-Brazzaville) Débat constitutionnel : Prise en otage de la volonté populaire"

Laisser un commentaire