Pays-Bas : Un ancien fournisseur de Taylor mis aux arrêts

Charles TaylorCharles Taylor

Annonces

Partagez!

Un ancien fournisseur de Taylor a été arrêté au Pays-Bas. « Le suspect a été un des acteurs des violences, et cela, par pur appât du gain ». C’est du moins ce qu’ont indiqué des représentants du parquet. Ils l’ont dit lors du réquisitoire devant la Cour de Bois-le-Duc, au sud du pays.

Pour le parquet,  » ce qui lui importait, c’était les recettes de l’exploitation forestière et du commerce du bois ». C’est le contenu du communiqué dont nous détenons copie.

De l’avis des juristes du parquet, le fournisseur ne pouvait continuer à opérer avec ses entreprises et gagner de l’argent que si Taylor restait en selle. » En réalité, l’histoire nous rappelle que l’ex-homme fort du Libéria a été condamné par la justice internationale en mai 2012. Il s’agit bien de Charles Taylor.

On l’avait condamné à cinquante ans de prison pour des crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis durant le conflit en Sierra Leone voisine (1991-2001), sentence confirmée en appel en septembre 2013.

Le fournisseur, Guus K, est bien le propriétaire des deux plus grosses compagnies forestières du Liberia. Mieux, on le soupçonne d’être un proche de Taylor. Il avait été condamné en juin 2006 à huis ans de prison mais avait été acquitté en appel en mars 2008.

Ce grand vendeur d’armes est encore mal tombé. Car, on l’a mis au gnouf. Puisque vendredi dernier, vingt ans d’emprisonnement ont été requis contre lui. Guss K est aussi impliqué dans de nombreux crimes de guerre.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Be the first to comment on "Pays-Bas : Un ancien fournisseur de Taylor mis aux arrêts"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*