RDC: Kabila menace de bloquer l’approvisionnement du matériel militaire des Casque bleus

Ads

Partagez!

A quelques heures de l’arrivée des membres du conseil de sécurité à Kinshasa, la tension entre le gouvernement et la Monusco ne faiblie pas. Les autorités congolaises expliquent que l’Onu importe des armées sur son territoire sans son aval, ni concertation préalable avec elles.

Le président congolais Joseph Kabila menace bloquer l’approvisionnement en arme de la Monusco. C’est ce que révélé une source auprès  de RFI à la veille de son arrivée à l’Assemblée générale des Nations-unies.

En effet, Kinshasa accuse l’Onu d’importer des armes sur son territoire sans son autorisation ni concertation préalable avec elle. Même si les armes sont destinées aux casques bleus de la Monusco, leur approvisionnement qui échappe au contrôle des autorités congolaises inquiète celles-ci.

Une autre source au sein de l’armée fait savoir que la Monusco n’informe pas les autorités sur la quantité d’armes et munitions qui entre en RDC, ni même sur celle qui tombe entre les mains des groupes rebelles.

Ces dernières semaines, la tension est encore montée entre les deux camps avec l’annonce de l’arrivée d’un nouveau contingent indonésien baptisée « contingent de déploiement rapide » au service de la Monusco.

Pourtant, le président Joseph Kabila avait réitéré la demande du retrait définitif des effectifs total de cette force Onusienne de la RDC. Pour le chef de l’Etat, la Monusco a échoué et rien ne justifie plus sa présence sur le sol congolais.

Du côté de la Monusco même s’il y a vent de panique, on reste toutefois serein avec l’arrivée des membres du conseil de sécurité demain à Kinshasa mais aussi avec l’annonce mardi du ministre des Affaires étrangères.

Ce dernier avait rassuré dans son communiqué que le contingent indonésien qui cristallise la colère de Kinshasa peut utiliser son équipement à condition qu’il travail avec l’armée congolaise.

LIRE AUSSI  ONU: Joseph Kabila exige le retrait des Casques bleus