L’Arachide au Sénégal et au Nigeria : Etat des lieux

L'Arachide au SénégalL'Arachide au Sénégal

Annonces

Partagez!

Principale production agricole, l’arachide occupe 63% de la population rurale, 482 000 exploitations agricoles, environ 4millions de personnes. Dans le passé, elle était une filière florissante qui positionnait le Sénégal parmi les top10; par moment même le Sénégal était 4ème producteur, derrière les Etats-Unis d’Amérique, le Nigeria et la Chine.

En 2010, on le retrouve dans le top 20 où il atteint difficilement la barre d’un million de tonnes alors que la production des autres pays ne cesse accroître et même la population du Sénégal n’a fait que triplé.

En 2015, la production est estimée à 1050000 tonnes.

Mr Diallo, conseiller technique au ministère de l’agriculture a rappelé les différentes caractéristiques de l’arachide pour dire alors que c’est devenu une identité nationale qu’illustre ses diverses fonctions économique, sociale, environnementale, politique et nutritionnelle, pour ne citer que celles-là.

Vers un nouveau dynamisme du marché chinois

L’arachide est comme un sphinx qui renait toujours de ses cendres comme dirait Mr Diallo. Depuis le lendemain de l’indépendance, les différentes autorités du pays ont chaque fois préconisé des politiques pour se passer de l’arachide à terme mais, on revient toujours à reconsidérer cela. Aujourd’hui, l’ouverture du marché chinois imprime un nouveau dynamisme á cette spéculation. Ainsi, depuis 2013, on note des évolutions sur la gestion de la filière: une reconstitution du capital semencier sélectionné, une augmentation continue de la production de 600 000 tonnes à un million; le rendement a atteint par endroit 925kg/ha; un doublement du prix au producteur, un progrès du volume des exportations. On constate également une disparition des bons non payés. Un décret est pris qui consacre l’ouverture de la vente.

Persistance des Problèmes

Au même moment la subvention aux huiliers a atteint 12 milliards de FCFA. Les investissements ont augmenté en termes d’infrastructures de stockage et autres. Mais les problèmes persistent. Il a relevé parmi ceux-là : Une faiblesse de l’offre qui ne couvre pas la demande qui s’articule autour du besoin des huiliers, les semences, l’export, l’autoconsommation et le pourcentage de perte estimé á 15% ;La chute drastique de la collecte par les huiliers ;

Vers un besoin de réforme

Le système a besoin d’une réforme. Ça avance mais pas au rythme qu’il faut. Le choc de l’ouverture du marché aux acheteurs étrangers a constitué le catalyseur de la filière. Que faire aujourd’hui pour accroitre l’offre et atteindre 1,5 million de tonnes ? Il est urgent d’augmenter les rendements de la culture qui nécessitera : (une politique vigoureuse d’engrais.

La réflexion a été accès sur les aspects suivants: la problématique de la production, la transformation et la commercialisation, la subvention de la filière, la fixation du prix et l’opportunité de la taxe á l’exportation, la régulation de la filière et enfin la contractualisation.

L’arachide cause un cancer au Nigeria, selon un expert

La consommation excessive d’arachide est une autre cause de cancer du foie. C’est le sentiment d’un expert Nigérian. L’oléagineux contient une substance cancérigène : l’aflatoxine, selon le professeur de radiologie au Nigeria, Aderemi Ajeekigbe, en service au Centre hospitalier universitaire (Chu) de Lagos.

L’expert précise que l’arachide peut causer le cancer si elle n’est pas fraîche à la consommation. La révélation du radiologue nigérian est inquiétante dans un pays comme le Nigeria où l’arachide fait partie des aliments de base. “Chaque individu est un malade potentiel du cancer”, a-t-il averti.

Il invite la population à une consommation modérée de cet aliment. Le Pr souligne que “30% des cas de cancer sont évitables, 40% peuvent être détectés très tôt tandis que 30% ne sont ni évitables ni détectables”.

Le radiologue a averti contre la consommation d’aliments transformés, prônant plutôt la consommation d’aliments frais, contenant notamment les hydrates de carbones et les légumes.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang

Lazard possède 10 ans d’expérience dans le journalisme en ligne. Il s’occupe pour AfricTelegraph de l’actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Be the first to comment on "L’Arachide au Sénégal et au Nigeria : Etat des lieux"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*