Adama Barrow : ‘’Je ne me considère pas comme un politicien’’

Adama Barrow et les journalistes (photo, dakarbuzz)

Ads

Partagez!

Nouvellement élu président de la Gambie, Adama Barrow est actuellement très sollicité par la presse. Après avoir remporté le scrutin face à Yahya Jammeh, il dit qu’il ne se considère pas comme un politicien.

Le nouvel homme fort de la Gambie Adama Barrow a reçu le week-end dernier un groupe de jeunes journalistes. Ils l’ont interviewé à son domicile privé de Banjul. D’entrée, il a tenu préalablement à apporter des précisions sur certains points saillants. Il s’est offusqué contre ce qu’il a qualifié de ‘’dénature’’ de ses propos. « C’est la presse qui a déformé mes propos », a-t-il avancé.

Ainsi donc, il a rappelé les termes de son discours. « La Gambie fera tout pour reprendre sa place dans les institutions internationales. La CPI comprise. Mon action ne vise pas les personnes en tant que telles, mais que la justice sera rendue au peuple gambien. Je n’ai jamais dit que Yahya Jammeh sera traduit devant la justice, c’est la presse qui a déformé mes propos», a-t-il martelé.

Par la suite, le président Gambien a soutenu qu’il respectera ce qu’il a dit durant la campagne électorale. C’est-à-dire, organiser au bout de trois ans une nouvelle élection présidentielle à laquelle il ne participera pas.

« Je ne me considère pas comme un politicien, je pense que Dieu m’a investi pour sauver la Gambie et initier un changement. Après ce changement, les politiciens prendront la relève. Mon pari continuera, mais je ne serai pas de la partie, je suis businessman, je continuerai mes affaires », a-t-il indiqué.

Yahya Jammeh avait annoncé le 25 octobre 2016 que le pays se retirait définitivement de la Cour Pénale Internationale (CPI). Lui et son gouvernement ont accusé cette juridiction de fermer les yeux sur les pays occidentaux. Ils ont, selon eux, des chantres de ‘’crimes de guerre’’. ‘’La CPI prend plutôt les Africains pour cible’’, ont-ils dit.

Seulement, si Adama Barrow met à exécution sa décision, Yahya Jammeh pourrait bien aller faire un tour à la CPI. Et, il fera sans doute l’objet d’un accueil chaleureux. Puisque la procureure de la cour n’est autre que sa compatriote gambienne, Fatou Bensouda.