Ali Bongo Ondimba : « Tout doit être fait pour préserver les océans des affres du développement… »

ABO au siège des Nations Unies

Annonces

Partagez!

Intervenant à la Conférence des Nations Unies sur les océans qui rendent des services incommensurables aux Hommes, Ali Bongo Ondimba, président de la République gabonaise, a rappelé l’engagement pris par les Chefs d’Etat et de Gouvernement. Tout doit être fait pour préserver les océans des affres du développement et les exploiter de manière responsable. Il s’agit, selon lui, d’un bien collectif précieux.

Se fondant sur la conviction que toutes les générations appartiennent à une même communauté humaine, Ali Bongo Ondimba a fait savoir qu’il a engagé le Gabon dans un programme de gestion durable de l’espace maritime. Le Programme Gabon Bleu est aujourd’hui une composante essentielle de son plan de développement national qui vise à mieux identifier la richesse de la biodiversité marine autant que son potentiel économique. Dans le même temps, il a été créé un Conseil National de la Mer qui est l’organe de conception, de planification et de coordination de l’action de l’Etat sur l’espace maritime.

En plus, il a indiqué que le Gabon venait d’adopter une stratégie Maritime Intégrée. C’est tout le sens qu’il donne à la création de sanctuaires marins, dont il est heureux d’annoncer la signature il y a quelques jours, d’un décret créant un vaste réseau d’Aires Protégées Marines sur plus de 50 mille kilomètres carrés, soit 26% de notre territoire marin. Ces aires protégées sont constituées de 9 parcs marins destinées à la conservation et la protection, et de 11 réserves aquatiques en faveur de l’aménagement des pêcheries.

Le Gabon concrétise ainsi sur son espace maritime ce qu’il a déjà su faire avec la création d’un réseau de parcs naturels correspondant à plus de 11% de « notre » espace terrestre, il y a maintenant 15 ans, à la suite du Sommet de la terre de Johannesburg. Protéger la biodiversité marine et en assurer sa préservation, et partant la reconstitution de la ressource pour une gestion durable est aujourd’hui une réalité au Gabon. Ali Bongo Ondimba en a appelé à tous ceux qui exploitent les ressources halieutiques à respecter cette vision pour établir des partenariats mutuellement bénéfiques.

Pour le chef d’Etat gabonais, la politique internationale des océans devrait couvrir les nouvelles problématiques qui complexifient davantage la gestion commune de ce patrimoine. Surtout en ce qui concerne la lutte contre la piraterie, les trafics divers, les pêcheries sauvages, mais aussi du nécessaire partage des savoirs et des transferts de technologie, sans oublier la lutte contre toutes les formes de pollution.

Il n’a pas manqué de rappeler le rôle important des océans dans la lutte contre le changement climatique. Ces océans qui absorbent plus de 30% du gaz carbonique, principal gaz à effet de serre. Mais aussi, ces océans qui malheureusement avancent chaque jour un peu plus à l’intérieur des terres et mettent en péril l’existence des Etats insulaires et détruisent les espaces de vie des Etats côtiers. Les mouvements migratoires nous rappellent chaque jour la désolation des peuples qui les subissent.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

William Tambwe
William Tambwe, chroniqueur et éditorialiste pour Africtelegraph.

Laisser un commentaire