Appel à la grève : Les précisons du ministère gabonais de l’économie

Ministère du Budget et des Comptes Publics du GabonMinistère du Budget et des Comptes Publics du Gabon

Annonces

Partagez!

Le ministère de l’économie, des finances et des solidarités nationales du Gabon a réagi à l’appel à la grève lancé par la COSYREF.

Le Ministère de l’Economie, des Finances et des Solidarités nationales a donné sa position sur l’appel à la grève lancé par la COSYREF.

Il estime qu’il n’est pas justifié et a avancé plusieurs raisons.

Relevant d’abord que cette position du syndicat « concerne une poignée d’individus non représentative de la position de la majorité des syndicats engagés dans un dialogue avec les responsables du ministère », le ministère a indiqué que des avancées sont notées que les points de revendication « qui datent de 2017« .

Il s’agit notamment de « la régularisation des situations administratives – qui se fait progressivement (cette revendication concerne d’ailleurs l’ensemble de l’administration gabonaise)- et les primes pour lesquelles un projet d’arrêté a été transmis au Premier ministre pour ce qui concerne le cadre de paiement des primes« .

« Aujourd’hui, les primes sont payées régulièrement et le Ministre dès son arrivée en juin dernier a procédé au paiement de deux mois d’arriérés« , ajoue-t-on du côté du ministère.

La réaction du ministère se termine en indexant le caractère « marginal » de la position exprimée par les auteurs de l’appel. Ce qui, de l’avis de ce département, « est contraire à l’esprit de dialogue qui anime les discussions en cours entre les responsables du ministère et les syndicats« .

Lire aussi Cameroun : Mouvement d’humeur des conducteurs de moto-taxi à Yaoundé

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Abdoulaye TRAORE
Correspondant Africtelegraph au Burkina, Journaliste, Rédacteur en chef à Burkina24. Formateur MOJO certifié DW Akademie Formateur en webjournalisme Juriste, scénariste, nouvelliste.

Be the first to comment on "Appel à la grève : Les précisons du ministère gabonais de l’économie"

Laisser un commentaire