Burkina : L’ancien parti au pouvoir exclut plusieurs frondeurs

Ads

Partagez!

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a exclu et suspendu plusieurs cadres importants pour indiscipline.

A l’occasion d’un congrès extraordinaire, qui a failli ne pas avoir lieu ce 22 septembre 2019, des sanctions ont été prises contre des militants du CDP.

Mahamadi Kouanda et Léonce Koné, qui font partie des cadres séculaires du parti, ont été exclus. Ces derniers avaient initié des procédures en justice contre l’actuel président du parti, Eddie Komboïgo.

D’autres militants, notamment l’ancien envoyé spécial de Blaise Compaoré dans la crise ivoirienne, Boureima Badini, et Juliette Bonkoungou, ancienne ministre, ont suspendus pour une durée d’un an des instances du CDP.

Le CDP qui est en proie à une crise marquée par deux personnalités qui ont affiché leurs ambitions pour la présidentielle de 2020. En plus d’Eddie Komboïgo, il y a Kadré Désiré Ouédraogo, l’ancien président de la commission de la CEDEAO, qui a déclaré sa candidature et est soutenu par plusieurs des cadres qui ont été sanctionnés.

Lire aussi Gabon : Libreville au rythme des coupures d’eau

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Abdoulaye TRAORE
Correspondant Africtelegraph au Burkina.

Be the first to comment on "Burkina : L’ancien parti au pouvoir exclut plusieurs frondeurs"

Laisser un commentaire