Cameroun: hausse légère de l’économie nationale en 2018

Annonces

Partagez!

Un rapport de l’Institut National de la Statistique indique que le pays de Paul Biya a su tirer profit de la hausse des cours mondiaux de certains produits de rente et la diversification de son tissu économique, avec à la clé une croissance du PIB à 4,1%.

L’Institut National de la Statistique (INS) vient de rendre public un rapport sur les comptes nationaux du Cameroun, dans lequel il indique un regain de l’économie camerounaise au cours de l’année dernière.

«Avec un taux de croissance du PIB qui s’établit à 4,1% en 2018 après 3,5% en 2017, l’économie nationale affiche non seulement une reprise, mais présente un regain de dynamisme dans les trois grands secteurs d’activité», annonce en filigrane ledit rapport.

Le document souligne que l’économie camerounaise a tiré profit de la hausse des cours internationaux de matières premières  telles que le pétrole brut, le cacao et le coton ; tout en profitant de l’amélioration de l’offre et de la diversification de son tissu économique, notamment la production de plus en plus grande du gaz naturel.

L’économie nationale a connu ce regain d’activité par, d’une part, l’atténuation de la baisse observée dans l’extraction d’hydrocarbures du fait d’une production importante de gaz naturel en 2018, et d’autre part, par un regain d’activité dans le secteur de l’agriculture, en lien avec la bonne tenue de l’agriculture industrielle.

Cette croissance reste soutenue par le secteur tertiaire, dont la contribution est de 2,3 points, alors que les secteurs primaire et secondaire contribuent respectivement à 0,7 et 0,8 point à la croissance nationale. L’évolution de l’activité dans le secteur primaire s’établit à 5,1% en 2018, résultat du dynamisme observé dans les branches agriculture, sylviculture et exploitation forestière.

S’agissant du secteur secondaire, l’activité croit de 3,1% après seulement 1,3% en 2017 ; ce qui s’explique principalement par une importante production de gaz naturel au cours de l’année dernière (+272,2%), permettant ainsi d’atténuer la baisse d’activité enregistrée dans la branche extraction d’hydrocarbures  des dernières années.

Le secteur tertiaire, quant à lui, demeure le moteur de la croissance. Il a progressé de 4,4% en 2018 contre 4,3% un an avant. Performances imputables au dynamisme du commerce et réparation des véhicules, ainsi que des banques et organismes financiers.

LIRE AUSSI Africa Oil and Power: Interrogations au Sénégal?

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Mballa
Destin Mballa, journaliste camerounais.

Laisser un commentaire