Cameroun: Importer moins pour favoriser l’industrie locale

Annonces

Partagez!

Le ministère du Commerce du Cameroun a annoncé que 50 produits pourraient bientôt être suspendus d’importation au Cameroun.

Il s’agit des filières des peintures, de la métallurgie, de la cimenterie, des emballages industriels, des cosmétiques, de l’agro-alimentaire, des huiles végétales, des dérivés d’huile de palme et industrie brassicole. Ce sont pas moins de 12 filières qui sont concernées, du fait du caractère excédentaire de la production locale. « La liste exhaustive plus tard », précise le communiqué du ministère.

En mars dernier déjà, ce département ministériel avait saisi le Groupement inter-patronal du Cameroun pour dresser la « liste des produits à interdire d’importation ». Ceci dans le but de protéger la production et l’industrie nationale. Cette liste est toujours attendue.

Du coté du ministère des finances, l’on réfléchit déjà à la mise en place des instruments fiscaux appropriés pour favoriser la production locale et freiner les importations « non indispensables ».

Selon l’Institut national de la statistique (INS) le Cameroun a importé pour environ 3 405,2 milliards FCFA en 2018, soit une hausse de 11,5 % par rapport à l’année 2017. Ce montant représente plus de la moitié du budget du Cameroun en 2019 (5212 milliards de FCFA).

Les importations du Cameroun proviennent d’environ 189 pays, dont les dix premiers en fournissent plus de la moitié (58,2 %). La Chine occupe la première place avec 18,5 %. Elle est suivie par la France (8,3 %) ; le Nigeria (5,6 %) et les Pays-Bas (4,8 %).

Comments

commentaires

Actualité africaine

Be the first to comment on "Cameroun: Importer moins pour favoriser l’industrie locale"

Laisser un commentaire