Cameroun: Le dossier des ponts métalliques embarrasse Nganou Djoumessi

Les ponts métalliques au Cameroun

Ads

Partagez!

Le projet de construction des ponts préfabriqués accuse un retard. Le ministre des Travaux publics essaie de le faire revivre.

15 ponts sont prêts et les tabliers seront embarqués, dans une semaine, des États-Unis vers le Cameroun. C’est l’essentiel de la concertation tenue, le 15 mai, par le ministre des Travaux publics, Emmanuel Nganou Njoumessi, avec l’entreprise en charge de ce chantier, Ellipse Sas. L’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun, Michael Stephan Hoza a également pris part à cette rencontre.

Le programme de mise en œuvre de 55 ouvrages d’art, en section préfabriquée modulaire et en acier sur toute l’étendue du territoire national, va ainsi démarrer. C’est du moins la conclusion de cet échange avec le membre du gouvernement. Les études se poursuivent pour les 27 autres ouvrages.

Il ressort également de la concertation que les 22 milliards de Fcfa, alloués à la réalisation des 55
ponts ne seront pas suffisants. Les études techniques ayant relevé certaines insuffisances. Les différents intervenants dans le dossier tablent aujourd’hui, sur 42 ouvrages à réaliser.

Nganou Njoumessi avait déjà géré ce dossier quand il était à la tête du ministère de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire.

Le chef de l’État camerounais, Paul Biya, par décret signé le 4 décembre 2014, autorise le ministre de l’Économie, à signer deux accords de financement, entre l’État du Cameroun et la Société générale de Paris. D’un montant respectif de 24,9 et 21 milliards de francs Cfa, soit respectivement 37,9 et 30,012 millions d’euros. Ces fonds devaient, selon le décret présidentiel, servir au «financement partiel du projet de construction de 55 ponts métalliques au Cameroun».

Le 30 janvier 2015, Emmanuel Nganou Djoumessi, le ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), ayant à ses côtés, Patrice Amba Salla, le ministre des Travaux publics (Mintp), signe deux accords de prêt d’environ 45,9 milliards Fcfa, destinés à la réalisation du programme de construction de ponts métalliques en sections préfabriquées modulaires.

Le projet est financé par les Etats-Unis à travers la Société Générale de Banque de New York. Le montant est
divisé en un crédit acheteur (24,9 milliards Fcfa) et un crédit financier de 21 milliards Fcfa pour les travaux de génie civil associés par les sociétés Acrow Corporation Bridges (Etats-Unis) et Ellipse Projects Sas (France).

La banque américaine de financement de l’import-export, Exim-Bank Us, va se positionner comme le garant de 25 milliards de francs Cfa, sur l’accord de prêt d’un montant total de 46 milliards de francs Cfa. Mais depuis, les informations contradictoires se succèdent.

Eximbank déclare, le 8 avril 2016, que les ponts avaient été exportés vers le Cameroun. Un an plus tard, le 4 avril, la Société générale, fait savoir que des factures pour le montage de 10 ponts au Cameroun ont été réglées. Le paiement
aurait-il été effectué sans la présentation des documents d’exportations ? Difficile de répondre. Mais l’on découvre aujourd’hui que les ponts n’ont jamais été envoyés au Cameroun. Ellipse Project Sas s’empresse aujourd’hui de demander, le renouvellement de la lettre de crédit.

Ces ponts arriveront-ils un jour au Cameroun ? La question est posée.

Toutefois, sur le terrain les zones de construction des ponts sont connues. La région de l’Est enlève la plus grosse part avec 11 ponts prévus, devant le Nord-Ouest où 9 ponts métalliques devraient être construits. Suivent les régions de l’Ouest et du Sud avec chacun 7 ponts, puis les régions de l’Adamaoua et du Centre 5 ponts. La région du Sud-ouest compte pour sa part 4 ponts, celle du Littoral 3 ponts et les régions du Nord et de l’Extrême-Nord enregistrent 2 ponts chacune.

Signalons que ce projet qui venait à la suite de la construction en cours du 2ème pont sur le Wouri et celui sur le Mayo Galké à Banyo, figurait parmi les activités phares du ministère des Travaux publics pour le compte de l’année 2015.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Destin Mballa
Destin Mballa, journaliste camerounais.

Laisser un commentaire