Cameroun : Polémique autour du décès d’un journaliste

Ads

Partagez!

Samuel Wazizi est mort des suites de «septicémie sévère» selon l’armée camerounaise, tandis que les organisations de journalistes et des droits de l’Homme parlent de torture.

L’armée camerounaise a confirmé vendredi 5 juin dans un communiqué, le décès du journaliste Samuel Wazizi interpellé le 3 août 2019 dans la région du Sud-Ouest en proie à la crise anglophone. Le journaliste, soupçonné par l’armée «d’intelligence» avec les groupes armés sécessionnistes, est mort des suites d’une «sepsis (septicémie) sévère» le 17 août 2019, selon le document.

Mais pour les syndicats de journalistes et plusieurs organisations de défense de droits de l’Homme, le journaliste est décédé des suites de torture. Un hashtag (#JusticeForWazizi) a été créé pour réclamer la justice pour le journaliste et exiger que les éventuelles responsabilités soient établies.

Vendredi, l’ambassadeur de France au Cameroun, Christophe Guilhou, a déclaré que le président de la République a promis l’ouverture d’une enquête pour déterminer les causes et les circonstances de la mort du journaliste. Le diplomate français a fait cette déclaration à l’issue d’une audience avec le chef de l’Etat Paul Biya.

Comments

commentaires

Actualité africaine

Be the first to comment on "Cameroun : Polémique autour du décès d’un journaliste"

Laisser un commentaire