Cameroun : RSF dénonce une incarcération arbitraire et abusive du correspondant de RFI

Ahmed Abba (photo RFI)

Ads

Partagez!

Par une décision du tribunal militaire de Yaoundé (Cameroun), le correspondant de RFI en langue Haoussa dans ce pays est en prison. Détenu depuis un an, Ahmed Abba est accusé de complicité d’actes de terrorisme et non-dénonciation d’actes de terrorisme. La justice camerounaise lui reproche d’être le complice de certains membres du groupe islamiste nigérian Boko Haram. Un groupe qui mène des attaques dans le nord du Cameroun et les pays voisins.

Selon ses avocats, ces chefs d’accusations s’appuient sur des entretiens qu’Ahmed Abba a menés dans le cadre d’un reportage. Il lui est notamment reproché de ne pas avoir partagé avec les autorités les informations qu’il a collectées sur l’organisation jihadiste.

L’ONG Reporters sans frontières (RSF) demande la libération du journaliste et l’abandon des poursuites à son encontre, tout en dénonçant « une incarcération arbitraire et abusive ».

Ahmed Baba risque la peine de mort, car sous le coup de la loi antiterroriste. Selon RSF, une nouvelle audience doit se tenir mercredi prochain, la sixième depuis l’ouverture de la procédure en novembre 2015 de ce journaliste, qui risque la peine capitale et qui plaide « non coupable ».

Depuis huit mois, selon le communiqué de RSF, « le dossier n’a toujours pas été examiné sur le fond » suite à des « reports répétés dus à des changements de juges, des hasards du calendrier et surtout l’incapacité apparente de l’accusation à produire des témoins à charge ». L’un des avocats du journaliste, Me Charles Tchougang, affirme que « le dossier est absolument vide ».

« Il était au mauvais endroit au mauvais moment. Il a d’abord été arrêté dans un contrôle de routine, mais lorsque les forces de l’ordre ont appris qu’il était correspondant de RFI, alors il a été transféré à la police politique à Yaoundé », assure l’avocat cité dans le communiqué.

Le Cameroun a adopté en décembre 2014 une loi antiterroriste très controversée, prévoyant la peine capitale pour les auteurs ou complices d’actes de terrorisme.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Be the first to comment on "Cameroun : RSF dénonce une incarcération arbitraire et abusive du correspondant de RFI"

Laisser un commentaire