Cameroun : Ces voyages des directeurs généraux qui coûtent des milliards de Fcfa

Philemon YangPhilemon Yang

Annonces

Partagez!

Les patrons d’entreprises publiques et parapubliques effectuent des voyages à l’étranger aux frais du contribuable dans le cadre privé.

Les Etats-Unis, l’Europe, le Canada, la Chine et bien d’autres sont des paradis fiscaux où l’argent du pauvre contribuable camerounais est déposé par ces directeurs généraux (DG) des sociétés d’Etat. La situation assez préoccupante interpelle le Premier ministre et le ministre secrétaire général de la présidence de la République sur le degré très élevé des fréquentations de ces DG à l’étranger.

Le Cameroun aurait atteint le cap de la modernité si les missions à l’étranger effectuées par ces managers et les membres de leurs délégations étaient synonymes de performance managériale, selon une certaine opinion. Le chef de l’Etat, Paul Biya s’estimerait heureux d’avoir construit un pays émergent. Mais la réalité est tout autre. Les intérêts égoïstes des uns et des autres priment sur l’intérêt général.

Ces responsables ont mis en place dans les différentes structures dont ils ont la charge une politique managériale centrée sur eux-mêmes, marquée par la ruse et la malignité. Ils ne manquent pas de stratagèmes pour vider les caisses de l’Etat à travers des missions fictives, fantaisistes et contingentes. Que vont-ils faire en Europe, aux Etats-Unis, en Chine de manière récurrente ?

Au Cameroun, les fonds alloués pour financer la mission d’un DG à l’étranger peuvent soulager des milliers de malades en achetant des médicaments. Les frais relatifs aux billets d’avion, aller et retour, à l’hébergement pendant trois semaines dans un hôtel cinq étoiles, la restauration, les déplacements, les mises en forme, les frais d’entretien, le téléphone, les boissons, les divertissements et autres sont considérables.

Le système de gouvernance mis en place par certains individus qui ont reçu des postes de responsabilité plombe la marche du Cameroun vers la prospérité. Pendant ce temps le peuple croupit dans la misère sans que cela ne gêne personne. De retour à l’étranger après trois semaines passées en hexagone, les directeurs généraux retrouvent leurs entreprises en pleine chute, parfois agonisantes à cause de la mal-gouvernance.

A défaut de rendre satisfaction au président de la République qui les a nommés à ces postes, ces managers deviennent des dangers pour le Cameroun. Dans leur management plein d’astuces, d’imaginations et de mauvaises gestions, ces directeurs généraux brandissent pour justifier leur gaspillage, les conventions, les conférences, les séminaires et ateliers auxquels ils seraient conviés.

Pour eux, le monde étant devenu un village planétaire, alors le Cameroun doit s’arrimer à l’évolution des choses pour rattraper le train du développement. Mais ce ne sont que des prétextes pour justifier leurs manœuvres. Au bout du compte, le pays marque le pas sur place, la pauvreté s’installe au sein des populations. Les riches forment une famille aristocratique pendant que les pauvres sombrent de plus en plus dans une misère ambiante. En un an, ces directeurs généraux dépensent plus de 500 milliards pour voyages à l’étrangers.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Destin Mballa
Destin Mballa, journaliste camerounais.

Laisser un commentaire