Cameroun : Trois éléments de la Dsp en prison

Dsp

Annonces

Partagez!

Les agents de la direction de la sécurité présidentielle en question ont été pris en flagrant délit. Ils essayaient  d’estoquer une douzaine de millions de Fcfa à un maire d’une commune située dans  la région de l’Ouest du pays.

L’affaire réveille les sensations dans les chaumières et suscite des remous au sein  de la direction de la sécurité présidentielle (Dsp). Trois éléments de cette direction, pris en flagrant délit d’arnaque, sont incarcérés depuis le 27 juin 2017 à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé.

Les trois escrocs ont été interpellés pendant qu’ils essayaient d’escroquer un élu local dans une localité de la région de l’Ouest. Quelques jours avant, ces éléments auraient tenté d’extorquer 21 millions de F au 1er adjoint au maire de la commune de Yaoundé II à qui ils auraient promis une nomination à la direction général de la caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures (Csph).

Selon certaines sources  introduites au palais de l’unité, ces agents auraient agit  sous le couvert d’un général qui occuperait un poste stratégique à la présidence de la République. C’est une autre affaire sulfureuse qui accable la direction de la sécurité présidentielle après le vol de la mallette du chef de l’État, il y a quelques années, par défunt Luc Emane.

Il y a quelques mois, on a annoncé l’interpellation en Europe de certains éléments de la suite du chef de l’État qui vendaient des documents et des informations confidentiels aux membres du Code, une organisation de la diaspora hostile au régime de Paul Biya.

Cette situation vient une fois de plus confirmer la déloyauté de certains hauts responsables et proches collaborateurs du chef de l’État. Ces derniers abusent de leurs prérogatives et de leur autorité pour utiliser leurs subalternes à des expéditions suicidaires de banditisme d’État.

Depuis qu’ils sont incarcérés à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé, les nommés Etogo et Essombè Emane, sous-officiers, seraient les hommes de main de ce général dont l’identité sera dévoilée ultérieurement. Ils seraient de plus en plus bavards et confieraient à leurs proches qu’ils seraient en train d’être trahis par leur mentor de général. Celui-ci les garantissait pourtant une protection en cas de représailles.

Le sanctuaire des arnaqueurs

Lorsque des éléments d’une unité de forces de sécurité chargée de veiller sur la protection du chef de l’État et sa famille sont pris en flagrant délit d’arnaque avec la complicité d’un Général,  de surcroit proche collaborateur du président de la République, on peut s’inquiéter de la moralité de certaines personnes qui entourent Paul Biya.

Ces hommes utilisent la proximité quotidienne avec le chef de l’État et l’institution qu’est la présidence de la République pour faire croire aux chasseurs de postes qu’ils tiennent la plume qui signe tous les décrets. C’est cette stratégie qui permet à certains hauts cadres civils et militaires du palais de l’unité de se remplir les poches dans le dos du chef de l’État.

Il est difficile de comprendre pourquoi ces hommes et femmes qui vivent dans une extrême opulence se permettent encore de ternir l’image du pays qui les enrichit en fragilisant la sécurité du chef de l’État. Un Général au Cameroun a vraiment besoin de quels autres avantages pour livrer aux actes crapuleux dont les seules victimes à la fin sont des fils des pauvres qu’ils exploitent. Lorsque ces malheureux qui croient bien agir en obéissant aux ordres de leurs hiérarchies contre de promesses de galons sont pris dans la nasse, ils vont tout droit en prison.

C’est d’ailleurs le cas de trois éléments qui croupissent depuis le 27n juin dans les geôles de la prison Kondengui. Cette autre affaire qui implique les éléments de la sécurité présidentielle devrait permettre au chef de l’État de faire ce qu’une large opinion camerounaise réclame depuis des années, c’est-à-dire, le ménage dans son entourage. Paul Biya devrait éloigner des sphères de décisions les bandits à cols blancs qui ternissent l’image du pays.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Mballa
Destin Mballa, journaliste camerounais.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*