Des cargaisons de poulets avariés choyées à Freetown

La décharge de Freetown

Annonces

Partagez!

La capitale de la Sierra Léone, Freetown a tourné le week-end dernier au rythme d’une affaire hors du commun. Des milliers de personnes se sont ruées dans une décharge publique pour y récupérer des poulets avariés qui avaient été ensevelis par les autorités sanitaires.

La Sierra Léone qui se remet encore difficilement de l’épidémie d’Ebola qui a fait 4 000 morts de Mai 2014 à Mars 2016, fait de nouveau parler d’elle. Le week-end dernier, des milliers d’habitants de Freetown se sont rués dans une décharge publique pour déterrer des poulets avariés que les autorités sanitaires avaient ensevelis.

En dépit de la présence des policiers, les badauds ont envahi le site, un dépôt d’ordure situé à l’Est de la ville pour récupérer des stocks.

Des heurts qui ont opposés la foule aux agents de policiers en faction ont occasionné de nombreux blessés graves. Quarante personnes ont été arrêtées, et plusieurs autres sont vivement recherchées par les forces de l’ordre pour leur implication réelle dans cette affaire.

Une jeune mère de trois enfants, Aminata Kamara a témoigné sourire aux lèvres que de nombreuses personnes avaient réussi à déterrer les poulets à l’aide des pelles, des couteaux et des machettes.

Certaines familles qui craignent pour la santé de leurs membres ont annoncé qu’elles s’abstenaient jusqu’à nouvel ordre de consommer du poulet.

Par contre, d’autres ont trouvé en cette opération une aubaine. « Nous allons laver les poulets et les préparer pour le repas du soir pour toute la famille », a avancé Aminata Kamara. Elle a demandé à ses frères d’aller chercher de l’eau et du savon pour nettoyer la volaille.

« Nous craignons que la consommation de ces poulets ne conduise à une épidémie », ont déclaré les autorités sanitaires.

En somme, ce poulet il faut le relever ici, demeure un plat très populaire en Sierra Léone, car les familles qui en consomment sont considérées comme les mieux nanties.

Un dernier rapport du Programme des Nations Unis pour le Développement(PNUD) a révélé que 60% de la population Sierra Léonaise vivait dans l’extrême pauvreté.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Be the first to comment on "Des cargaisons de poulets avariés choyées à Freetown"

Laisser un commentaire