CEMAC : Les banques en partie responsables de la pénurie de devise

Annonces

Partagez!

La Banque des États de l’Afrique Centrale a récemment publié les raisons de la rareté des monnaies étrangères au sein des États de la sous-région.

Les pays de la sous-région d’Afrique Centrale en général et le Cameroun en particulier sont frappés par une pénurie des devises. Plusieurs facteurs sont responsables de cette situation. Parmi eux, les banques commerciales de l’espace communautaire.

En effet, la BEAC vient de révéler l’existence dans l’illégalité de 2 188 comptes en devises d’un montant de 92 milliards FCFA. Elle fait savoir qu’entre 2000 et 2018, les banques des  États de la Cemac ont permis aux résidents de détenir en toute illégalité des comptes en devises. Un fait qui constitue une violation de la réglementation en vigueur. Car la Banque centrale pose des conditions préalables à l’ouverture d’un compte en devise.

Dans les détails, la BEAC précise qu’au Cameroun le nombre de compte en devises s’élève à 244 pour un montant de 53,6 milliards de FCFA. Le Gabon a permis l’ouverture 239 comptes en devises pour un montant de 9,9 milliards de FCFA. En Centrafrique c’est 31 comptes pour un montant de 146 millions de FCFA qui ont été découverts. Le Congo détient 202 comptes d’un montant de 27,23 milliards de FCFA. La Guinée équatoriale a permis la création de 59 comptes disposant de 439 millions de FCFA.

Le Tchad, quant à lui, est leader dans le domaine avec 1 413 comptes disposant de 886 millions de FCFA. Cependant, la banque centrale fait savoir qu’elle a accordé un délai de six mois aux titulaires pour régulariser les comptes en question pour plus de flexibilité et être conforme à la réglementation de change. A ce jour, la BEAC estime que 37 dossiers reçus ont été examinés. Plusieurs ont déjà été régularisés.

LIRE AUSSI Pratiques anticoncurrentielles : Cri de détresse de l’ARTP

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Destin Mballa
Destin Mballa, journaliste camerounais.

Be the first to comment on "CEMAC : Les banques en partie responsables de la pénurie de devise"

Laisser un commentaire