Centrafrique : Face à la rébellion, l’Etat décrète l’état d’urgence

Ads

Partagez!

La présidence centrafricaine a décrété jeudi l’état d’urgence pour 15 jours, pour contrer l’offensive des rebelles.

La République centrafricaine (RCA) a décrété jeudi l’état d’urgence pour 15 jours dans tout le pays. Ce régime d’exception intervient au lendemain d’une offensive contre la capitale Bangui, menée par des rebelles la semaine dernière.

«Suite aux attaques que nous avons connues le 13 janvier dernier, l’état d’urgence est décrété afin de permettre aux services de défense, de sécurité, la police, la gendarmerie de procéder à des arrestations ou des interpellations pour raisons d’enquête dans l’urgence sans qu’on demande d’avoir l’autorisation du procureur de la République», a déclaré à la radio le porte-parole de la présidence, Albert Yaloké Mokpeme.

«Ce problème d’autorisation retardait un certain nombre de choses dans le cadre des enquêtes en cours. Sinon, tout le reste de la procédure se déroule normalement. S’il y a lieu de libérer la personne au bout de quelques heures, cela va se faire. Si les enquêtes montrent qu’il y a des choses qui nécessitent prolongation, ils vont suivre la procédure normale», a-t-il ajouté, cité par RFI.

La RCA connaît un regain de violences depuis les élections du 27 décembre qui ont conduit à la réélection du président Faustin-Archange Touadéra (53,16%). Les offensives sont menées par la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) qui regroupe six des plus puissants groupes armés qui ont juré de «marcher sur Bangui».

Depuis décembre, 7 casques bleus ont perdu la vie dans les affrontements. Jeudi, l’émissaire de l’ONU en RCA, Mankeur Ndiaye, a réclamé au Conseil de sécurité une «augmentation substantielle» du nombre de Casques bleus déployés dans le pays.

Comments

commentaires

Actualité africaine

Be the first to comment on "Centrafrique : Face à la rébellion, l’Etat décrète l’état d’urgence"

Laisser un commentaire