Centrafrique: ce qu’ils pensent de la Minusca

casques bleu minuscaLes casques bleus de la Minusca

Ads

Partagez!

Une interview accordée à l’observateur politique Centrafricain, André Simplice Guiamaho lors  de la journée des casques bleus célébrée le 29 mai 2017 montre la perception de cette mission au sein des populations.

Incapable d’assurer la sécurité pour certains. Pour d’autres la Mission la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République Centrafricaine (Minusca) favorise même l’insécurité dans le pays. La Minusca est visiblement mal perçue en Centrafrique. Les populations pensent qu’elle ne répond pas à leurs attentes. Selon l’observateur politique André Simplice Guiamaho, cette force ne fait pas l’unanimité dans ce pays. Beaucoup de Centrafricains pensent même qu’elle pactise avec les ennemis de la paix. Et qu’elle distribue les armes nuitamment et fait semblant de combattre ceux-ci en journée.

La conséquence d’une telle attitude est l’élargissement du mandat de cette force. Ce qui permettrait à ses agents de s’enrichir considérablement. L’observateur politique indique par ailleurs que d’autres Centrafricains s’attendaient à voir les agents de la Minusca s’occuper de l’insalubrité dans les villes. Ainsi que d’autres activités en marge de la mission qui leur est confiée. Sur ce point, l’Evêque de Berbérati, Monseigneur Dennis Kofi Agbenyadzi a appelé aux Centrafricains à prendre leurs responsabilités. « Ils doivent en cesser d’être laxiste« .

Il faut rappeler que suite aux mutineries au sein de l’armée en 1996, 1997 et 1998, les Nations Unies sont intervenues à travers la Mission Africaine de Surveillance des Accords de Bangui (MISAB). Cette mission africaine avait passé le relais à la Mission des Nations Unies en République Centrafricaine (MINURCA), créée suite à la résolution 1159 du 27 mars 1998 du Conseil de sécurité.

Le mandat pas si facile de la MINUSCA

Le mandat de la MINURCA avait pris fin en février 2000, permettant ainsi au Bureau de l’Organisation des Nations Unies en Centrafrique (BONUCA) de prendre la relève. La MINUSCA, décidée le 10 avril 2014, est la seconde occasion de l’intervention des casques bleus en République Centrafricaine. Son mandat consiste à assurer la protection des civils, du personnel et des biens des Nations Unies. Elle doit aussi promouvoir les droits de l’homme, faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire. Elle s’occupe d’accompagner le processus de la réconciliation et de la stabilisation. Enfin, elle participe à la réforme du secteur de la sécurité. Ce scope englobe le désarmement, la démobilisation, la réintégration et le renforcement de l’état de droit. Ainsi que la lutte contre l’impunité.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Destin Mballa
Destin Mballa, journaliste camerounais.

Laisser un commentaire