Colère noire au Sénégal : Des opposants bastonnés

manifestation de l'opposition

Annonces

Partagez!

Colère noire, dans la capitale Sénégalaise, vendredi soir. Des leaders d’opposition ont battu le macadam pour dénoncer la mal gouvernance et le comportement d’Aliou Sall, le frère du président de la République dans l’affaire Petro Tim. La Police a dispersé la foule, par des grenades lacrymogènes.

Même si, les forces de l’ordre ont dispersé la foule, les opposants sénégalais ont réussi leur marche vendredi. Ils ont donné un avertissement au président Macky Sall qui continue d’impliquer les membres de sa famille, dans la gestion de l’Etat.

Du coup, le comportement de son frère Aliou Sall dans la gestion de Petro Tim a beaucoup suscité la colère de la classe politique.

En tout cas, vendredi, ces leaders ont marché sous une chaleur horrible. Abdoul Mbaye et Idrissa Seck tous des anciens Premier ministres du Sénégal ont participé à cette marche. Certains n’ont pas pu résister à l’effet des gaz lacrymogènes.

« Il y a eu un certain nombre de confusions pour (dire) que la manifestation était interdite», a d’emblée regretté le préfet de Dakar, Babacar Kane. Il a déclaré avoir informé l’opinion de sa décision, par voie de communiqué, sur l’autorisation de la marche. Il informe aussi avoir reçu la première déclaration de marche le 20 septembre dernier.

« J’ai pris un arrêté pour modifier l’itinéraire. On a demandé aux autorités de police de prendre les dispositions pour l’exécution de cet arrêté », explique-t-il au sujet de la manifestation qui en théorie, devait se tenir de 15 h, au départ de la Place de l’Obélisque pour se terminer au rond-point RTS, à 18 h.

Un itinéraire modifié, qui, de l’avis du représentant de l’Etat, « leur permettait de dire qu’ils avaient à dire ».

Quand bien, même, le préfet de Dakar a fait comprendre que les opposants ont dépassé leur itinéraire. « Ils sont allés au-delà de ce qui est autorisé », a rajouté le préfet de Dakar.

Selon lui, c’est ce qui a expliqué que la police a réprimé. « La marche est une liberté consacrée par la constitution, mais encadrée par les lois et règlements en vigueur», tient-il à préciser.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Be the first to comment on "Colère noire au Sénégal : Des opposants bastonnés"

Laisser un commentaire