Congo : Polémique autour des moustiquaires imprégnées d’insecticide

Ads

Partagez!

Les populations boudent les moustiquaires distribuées gratuitement aux ménages, sous prétexte qu’elles seraient empoisonnées ; ce que dément le gouvernement.

Les populations congolaises boudent les moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée d’action (MILDA) distribuées gratuitement aux ménages. Ce, sous prétexte que celles-ci sont nocives pour la santé. A Brazzaville, la capitale, les habitants craignent un «empoisonnement en masse» organisé par le gouvernement. Une rumeur démentie par les autorités et les ONG de lutte contre le paludisme, qui assurent que les insecticides utilisées pour imprégner les MILDA ne sont pas toxiques.

«La dotation des MILDA  par le Fonds mondial, principal bailleur qui finance la lutte contre le VIH-sida, la tuberculose et le paludisme en collaboration avec le ministère de la Santé et de la Population est une initiative salvatrice pour la prévention contre cette pandémie», a déclaré Fredy Kelly, rapporteur de la plateforme delutte contre le paludisme au Congo. Face à la polémique, l’ambassadeur des Etats-Unis en personne, Todd Haskel, dont le pays finance cette distribution, est descendu sur le terrain pour dissiper les peurs.

«J’utilise la moustiquaire, les autres membres de l’ambassade l’utilisent également. C’est notre engagement avec le gouvernement et les partenaires de corriger (ce qui se dit) et de faire la distribution», a déclaré le diplomate américain, dans des propos rapportés par la presse.

Le paludisme est un problème de santé majeur au Congo. Selon les données officielles, la maladie serait la première cause de consultation (54%) dans le pays et responsable e 42% de décès. Quelque 403.000 décès dus au paludisme ont été enregistrés dans le pays, d’après le rapport 2018 de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Comments

commentaires

Actualité africaine

Laisser un commentaire