Aux Congos, le torchon brûle entre Sassou, Kabila et Tshisékedi

Denis sassou nguesso Joseph Kabila

Annonces

Partagez!

C’était un secret de polichinelle. Depuis quelques temps déjà, Sassou et Kabila ne s’appréciaient guère. Mais depuis le coup de force qui a permis à Joseph Kabila d’installer officiellement Félix Tshisékedi au pouvoir, Denis Sassou Nguesso n’en démord plus.

Certes du haut de ses 77 ans, Denis Sassou Nguesso est bien l’aîné de Joseph Kabila. Sassou possède plus de 20 ans d’activité à la présidence de la république congolaise. Là ou Joseph Kabila a été président en exercice, deux ans de moins. On doit bien reconnaître, que les traditions africaines, pour ceux qui les connaissent, ont le mérite de toujours porter le respect de l’aîné. Quel que soit sa propre richesse ou son statu. Mais en fallait il si peu pour que le Chef de l’Etat congolais en veuille autant à Kabila ?

Denis Sassou Nguesso reprocherait, entre autre, à son jeune frère, son manque d’implication dans les dossiers de développement économique commun entre Brazzaville et Kinshasa. Notamment des projets d’infrastructures routières et de télécommunications. Le Chef d’Etat congolais a toujours chercher à raffermir les liens économiques entre les deux pays. Une stratégie visant surtout à profiter de l’économie de marché de la RDC.

 » les coups de fils entre les deux chefs d’Etat se sont rarifiés »

sources diplomatiques

Mais l’homme de Dolisie n’aura jamais reçu qu’une seule visite officielle de son voisin, en 20 ans. Les relations entre les deux pays n’ont jamais été aussi froides. Elles se matérialiseront en mai 2014 avec l’expulsion vers Kinshasa de 40.000 congolais. Kinshasa ne participera pas au sommet sur le fond bleu organisé par Brazzaville en avril dernier. Selon plusieurs sources diplomatiques, les coups de fils entre les deux chefs d’Etat se sont rarifiés.

Sassou derrière Kagamé et l’Union Africaine

En organisant 3 jours avant les élections, un sommet extraordinaire à Brazzaville en compagnie de la SADC et la CIRGL, Denis Sassou Nguesso a tenté de prendre la main sur le dossier zaïrois. Prétextant une inquiétude majeure sur une crise post électorale, qui aurait des conséquences jusqu’à chez elle. L’initiative a surpris toute le monde. En premier lieu, la RDC.

La position du Congo-Brazzaville, après l’annonce des résultats provisoires aura fini par dévoiler le jeu de Denis Sassou Nguesso. Ce dernier s’est joint à l’Angola et au Rwanda pour réclamer un recompte des voix en faveur de Martin Fayulu. Une position inédite, surtout provenant de Denis Sassou Nguesso.

Finalement, ce n’est qu’après les déclarations de l’Union Européenne et des Nations Unis, que la République du Congo félicitera officiellement Monsieur Tshisékedi.

L’arrivée à la tête de la RDC de Félix Tshisékedi n’a pas de quoi réjouir le Président congolais. Son absence lors de la cérémonie d’investiture du nouveau président de la RD congolais n’a pas manqué d’être remarqué.

Surtout après que le camp de Joseph Kabila ait gagné la majorité des sièges au parlement. Il semble désormais clair, que plus rien ne sera jamais pareil entre les deux Congos.

LIRE AUSSI : RDC : Kabila désigne un dauphin

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Prosper
Prosper possède 15 ans d'expérience dans le journalisme. Il a précedemment travaillé pour le journal le Républicain et Le Scorpion Akéklé à Lomé. Devant la montée en force de la presse en ligne et la chute des presses traditionnelles, il décide de monter le site d'information en ligne AfricTelegraph en 2015 et s'installe au Gabon.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*