Coronavirus : Le Burundi expulse l’équipe de l’OMS

Ads

Partagez!

Le représentant de l’agence sanitaire de l’ONU et trois autres experts sont désormais «persona non grata» dans le pays, a annoncé le gouvernement.

Le Burundi a ordonné l’expulsion de l’équipe de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Une lettre du ministère burundais des Affaires étrangères du 14 mai 2020 indique que le représentant de l’OMS, le Dr Walter Kazadi Mulombo, et trois autres experts de l’Organisation, sont désormais «persona non grata» dans le pays.

Le ministère «a l’honneur de porter à [votre] connaissance que les personnes dont les noms repris ci-après sont déclarées « persona non grata » et que, par conséquent, elles doivent quitter le territoire du Burundi avant le 15 mai 2020», est-il écrit dans cette lettre adressée au bureau africain de l’OMS.

Le ministère ne précise pas les raisons qui motivent cette expulsion. Cette décision est critiquée par l’ONU et l’Union africaine (UA). En avril dernier, le Burundi avait déjà tenté d’expulser les représentants de l’OMS dans le pays, dénonçant l’ingérence de cette agence onusienne dans sa gestion de la pandémie de coronavirus (COVID-19).

Mais le pays avait suspendu cette procédure après des échanges entre le président burundais Pierre Nkurunziza et le directeur général de l’OMS, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. Le Burundi, qui n’a pris aucune mesure de confinement, compte officiellement 27 cas d’infections au COVID-19, dont un décès.

Des chiffres que contestent certains médecins et des leaders d’opposition. Ceux-ci accusent le gouvernement de cacher le nombre réel de cas afin de minimiser l’ampleur de la pandémie. L’expulsion de l’équipe de l’OMS intervient à la veille de l’élection présidentielle prévue le 20 mai prochain au Burundi.

Comments

commentaires

Actualité africaine

Be the first to comment on "Coronavirus : Le Burundi expulse l’équipe de l’OMS"

Laisser un commentaire