Côte d’Ivoire: Un bouc émissaire Guillaume Soro !

Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationaleGuillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale

Annonces

Partagez!

Les mutins ont pensé à l’après-mutinerie qui a fait au moins deux morts et neuf blessés. Il y aura forcément des représailles. Et donc pour s’attirer une petite sympathie du pouvoir en minimisant les dégâts, il y a lieu de faire en sorte qu’on trouve un gros bouc émissaire qui prendrait le coup à leur place.

Ce bouc émissaire n’est personne d’autre que Guillaume Soro. On le soupçonnerait de cacher des armes depuis un certain temps. Donc l’occasion était toute trouvée à travers cette mutinerie pour faire d’une pierre deux coups, revendiquer les primes et faire descendre le digne fils de Lafopkokaha dans les abysses les plus profondes.

Les mutins pilleurs, bien instruits et bien téléguidés, à travers ce sinistre scenario, ont voulu se faire passer pour les sauveurs de la République. A travers leur sale besogne plus que répréhensible, ils auraient permis une fois pour toute de démasquer le ‘’vrai’’ fossoyeur de la République qui n’est rien d’autre que Guillaume Soro.

Ces mutins n’ont pas tenu compte de la maturité d’esprit des Ivoiriens. Les fils d’Houphouët-Boigny ont l’esprit de discernement à chaque fois qu’une cabale est ourdie contre le chef du Parlement ivoirien, qui a placé d’ailleurs la Législature 2017 – 2020 sous le sceau du Pardon, de la Réconciliation et de la Paix.

Une scabreuse histoire à dormir debout qui n’a pas du tout secoué Guillaume Soro qui a affiché un calme olympien. Il a reçu dimanche à déjeuner les ambassadeurs et les diplomates africains accrédités en Côte d’Ivoire. En homme d’Etat averti, il s’est exprimé en ces termes : « Nous sommes animés par un seul but, la Paix et la Réconciliation. La crise que nous vivons est un épiphénomène qui passera très rapidement. »

Les mutins se sont adonnés au pillage de domicile de l’ambassadeur Kamaraté Souleymane et à d’autres actes répréhensibles. Selon lui, ils devront être traduits devant les juridictions nationales pour répondre de leur acte. C’est ce qui doit se faire dans un pays de droit comme la Côte d’Ivoire.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Laisser un commentaire