Côté d’Ivoire: Les ex-rebelles assiègent la préfecture de Bouaké

Les militaires à BouakéLes militaires à Bouaké

Ads

Partagez!

La raison en est qu’ils ont appris le 10 mai dernier que certains de leurs camarades étaient reçus par les autorités de la ville.

Le gouvernement ivoirien chercherait-il a diviser les ex-combattants des forces nouvelles qui manifestent depuis le début de cette semaine à Bouaké ? C’est la question que se posent de nombreux Ivoiriens.

Dans la journée de mercredi, après le blocus créé par ces derniers dans l’entrée sud de la ville de Bouaké, une rumeur a fait état de ce que certains de leurs camarades seraient entrain d’être reçu par l’autorité préfectorale de Bouaké. Furieux, l’autre groupe des forces nouvelles a immédiatement rappliqué à la sous préfecture.

Informé alors qu’il assistait à la rentrée solennelle de la cours d’assises, le secrétaire général de la préfecture
de Bouaké est vite retourné dans son bureau. Du coup une réunion d’urgence s’est tenue en compagnie des responsables de sécurité et les autorités administrative de cette localité.

De ce tête à tête on apprend qu’un appel téléphonique du ministre de l’intérieur et de la sécurité a précisé
qu’officiellement aucune rencontre avec les ex-rebelles n’est à l’ordre du jour. Que par conséquent, la situation est en cours d’étude au haut sommet de l’Etat.

Selon le ministère, dans les prochains jours des mesures seront prises pour solutionner le
problème. Les forces nouvelles ont été invité à rester calme.

Il faut rappeler qu’il y a quelques jours, les ex-combattants des forces nouvelles ont manifesté à Bouaké, leur ancien fief, pour réclamer 18 millions de franc CFA chacun. Leur intégration dans l’armée ainsi que la reconnaissance de leurs galons étaient aussi au menu.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Destin Mballa
Destin Mballa, journaliste camerounais.

Laisser un commentaire