CPI : Le parti de Jean Pierre Bemba fait appel après la condamnation de son leader

la justice pour les jeunes

Ads

Partagez!

Après le verdict de la Cour Pénale Internationale (CPI) donné le 21 juin dernier par, qui condamne l’ancien vice-président de République démocratique du Congo (RDC), Jean-Pierre Bemba, à 18 ans d’emprisonnement, sa formation politique annonce avoir fait appel, comme elle l’avait promis quelques jours avant que la sentence ne tombe.

Les membres de l’ancien mouvement rebelle congolais, devenu Mouvement pour la Libération du Congo (MLC, parti politique de l’opposition) depuis 2002, s’insurgent contre la condamnation affligée à leur premier responsable, Jean-Pierre Bemba, par la Cour Pénale Internationale. Ces derniers ont fait appel suite à ce verdict dont ils qualifient de « justice sélective et discriminatoire ».

« Les principaux protagonistes de la crise centrafricaine cités par la cour sont François Bozize et Ange-Félix Patassé. Où sont-ils ? On n’a appelé personne. La CPI a reconnu que le MLC n’est pas allé à Bangui de lui-même et qu’il n’était pas le seul allié des protagonistes. Le MLC est parti là-bas à la demande expresse de M. Patassé. Jean-Pierre Bemba n’était pas dans la chaine de commandement », a expliqué Mme Eve Bazaiba, la secrétaire générale du MLC.

Les membres du parti expliquent que la majorité des témoins présentés étaient des journalistes qui affirmeraient avoir été dépêchés de Kinshasa, par les autorités congolaises qui leur avaient commandé de filmer et de monter ensuite ces images afin de disculper l’accusé.

Mme Bazaiba affirme que ces journalistes disent avoir reçu des promesses d’avantages qu’ils attendent toujours après avoir écrit un mémorandum et révélé à la défense de M. Bemba que le procureur, Luis Moreno les avaient contacté afin qu’ils viennent témoigner contre l’ex vice-président du Congo.

L’enregistrement sonore présenté comme preuve contre M. Bemba pendant le procès, serait selon le MLC, le rapport des sommes d’argent qui devaient être dépenser pour le transport des témoins pour la Haye.

« Ce que les avocats de M. Bemba ont dénoncé, c’est la confusion que fait la cour entre la notion du commandement, d’être responsable militaire et celle d’avoir le commandement des opérations. Et c’est décevant, car nous croyions que la cour tiendrait en compte le temps que M. Bemba a déjà passé en prison », a ajouté la secrétaire du MLC, dont les membres souhaitent que la peine prononcée soit réduite grâce à l’appel introduit.

Jean-Pierre Bemba et ses troupes sont accusés d’avoir perpétré plusieurs viols, pillages, meurtres et autres infractions, dans la capitale centrafricaine, Bangui. Le leader du MLC a déjà passé 8 ans en prison, à La Haye où il est actuellement poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Laisser un commentaire