Djibouti : Les aides considérables ne profitent pas au pays

Ads

Partagez!

 

Dans ce pays qui compte environ un million d’habitants, les aides considérables qui affluent dans les caisses de l’État ne profitent pas au développement. Ce sont d’abord les enfants qui vivent dans une scandaleuse insalubrité

De par sa position stratégique sur l’une des voies maritimes les plus fréquentées au monde, Djibouti devrait figurer parmi les pays les plus riches du continent africain. Mais paradoxalement ce petit pays situé sur la côte orientale de l’Afrique fait partie des pays les plus pauvres ; il se caractérise notamment par un grave problème d’eaux usées qui a entraîné l’apparition de maladies d’origine hydrique, comme le choléra et la typhoïde.

Dans ce pays qui compte environ un million d’habitants, les enfants vivent dans une scandaleuse insalubrité. Pour bon nombre des populations de Djibouti, les aides considérables qui affluent dans les caisses de l’État ne profitent pas du tout au développement. Dans les zones rurales et dans la capitale Djibouti, plus de la moitié de la population dispose d’une installation sanitaire.

La Corne de l’Afrique étant une région aride avec une pluviométrie annuelle ne dépassant pas 250 millimètres, l’eau est devenue une denrée rare à Djibouti. Radwan Bahdon, directeur de l’assainissement du gouvernement de Djibouti, affirme que la situation est sous contrôle, car une nouvelle station d’épuration financée par l’Union européenne (UE) est désormais opérationnelle.

Le pays accueille la seule base militaire américaine permanente d’Afrique, à Fort Lemonnier, non loin du palais présidentiel. Aussi, le plus gros détachement de la Légion étrangère française est basé à Djibouti. L’année dernière, la Chine a inauguré sa première base militaire d’outre-mer à Djibouti, laquelle peut héberger plus de troupes que celles des États-Unis et de la France réunies.

En ce qui concerne le commerce, Djibouti est situé sur l’une des voies maritimes les plus fréquentées au monde, seul axe entre l’océan Indien et le canal de Suez et point de passage entre l’Afrique, l’Inde et le Moyen-Orient. Des prêts chinois ont financé la construction d’une nouvelle voie ferrée vers l’Éthiopie et l’installation de grues portuaires dont la silhouette domine l’horizon du port et de la ville. Les droits payés par les navires en transit fournissent de plantureux revenus au gouvernement.

LIRE AUSSI  Djibouti : Mirage du succès économique

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Mapote Gaye
Mapote Gaye journaliste Sénégalais Consultant. Formateur en communication, Marketing et Management

Laisser un commentaire