Emeutes dans le Val d’Oise, Paris déploie l’armée

Emeutes dans le Val d'Oise

Annonces

Partagez!

Le décès d’un jeune de 24 ans après son interpellation par la police a déclenché des émeutes tard la nuit dernière. Selon la police, le jeune serait décédé suite à « un malaise cardiaque ». Faut-il voir là une énième bavure policière?

Certains proches de la victime affirment que Adama aurait été passé à tabac par les forces de l’ordre, à l’origine de son arrêt cardiaque. La nouvelle s’est propagée comme une trainée de poudre et a déclenché une vague d’indignations.

Plus d’une centaine de jeunes des quartiers sont descendus dans les rues. Ils auraient été rejoins par des casseurs qui se sont livrés à la dégradation d’édifices publics, à des incendies, et à des tirs à l’encontre des forces de gendarmerie. Des témoins ont affirmé avoir entendu plusieurs explosions et des véhicules en feu. Les émeutiers criaient « assassins » sur les forces de l’ordre.

65330782

Un scénario qui rappelle les émeutes qui avaient eu lieu en 2005 dans les banlieues françaises. Deux jeunes étaient décédés par électrocution après que la police les pourchassée dans une banlieue.  L’état d’urgence a été déclaré le , puis prolongé pour une durée de trois semaines consécutives, conduisant à donner de la France une image inquiétante de pays en quasi-guerre civile.

Une soixante de pompiers étaient sur place. Paris a dû déployer près de 130 militaires afin de contenir les émeutiers et éviter plus de casse. Six agents ont été blessés par des tirs d’une arme à plomb.

La police française est souvent accusée d’utiliser la force et la violence pour régler des comptes aux jeunes des banlieues.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Prosper
Prosper possède 15 ans d'expérience dans le journalisme. Il a précedemment travaillé pour le journal le Républicain et Le Scorpion Akéklé à Lomé. Devant la montée en force de la presse en ligne et la chute des presses traditionnelles, il décide de monter le site d'information en ligne AfricTelegraph en 2015 et s'installe au Gabon.

Be the first to comment on "Emeutes dans le Val d’Oise, Paris déploie l’armée"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*