Faut-il se préoccuper des déficits des comptes extérieurs courants de l’Afrique subsaharienne ?

déficits de comptes courants en Afriquedéficits

Annonces

Partagez!

Des déficits courants élevés entraînent une dépendance significative à l’égard de l’Epargne extérieure, mais l’ampleur de l’IDE atténue le problème dans beaucoup de pays.

Les déficits des comptes extérieurs courants des pays d’Afrique subsaharienne se creusent sensiblement depuis 2007-08, et le déficit médian augmente progressivement depuis 2002.

Il y’avait eu peu de changements ou même une légère amélioration moyenne pendant les années d’expansion (2004-08), mais, de 2008 à 2012, la dégradation des déficits s’est étendue et accentuée, le déficit moyen (non pondéré en fonction de la dimension des pays) augmentant de quelque 2,5 points de PIB.

En fait, la crise financière mondiale a entraîné une hausse importante et persistante du nombre de pays dont le déficit des comptes extérieurs courants dépasse 10% du PIB ainsi qu’une diminution du nombre de pays excédentaires.

Deux facteurs importants sont à l’origine de la dégradation des soldes extérieurs courants depuis 2007 ; une hausse des importations et une baisse des transferts officiels. Les transferts officiels courants en faveur de l’Afrique subsaharienne ont diminué à peu prés de 2 points de PIB par rapport à la période 2005-07, et retrouvé le niveau observé avant l’expansion mondiale qui a commencé en 2005.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Mapote
Mapote Gaye journaliste Sénégalais Consultant. Formateur en communication, Marketing et Management

Be the first to comment on "Faut-il se préoccuper des déficits des comptes extérieurs courants de l’Afrique subsaharienne ?"

Laisser un commentaire