Fernando Vaz : « Nous avons des coups d’Etat dans la sous-région »

Fernando VazFernando Vaz
Partagez!

« L’Etat utilisera tous les mécanismes pour que ses sanctions soient plus efficaces ». C’est du moins ce qu’a déclaré le porte-parole du gouvernement Bissau Guinéen, Fernando Vaz.

Le ministre Bissau guinéen se plaint de la décision que la CEDEAO a prise. Car, dit-il, d’autres tensions politiques se trouvent au Togo ou en Guinée qui ont entraîné des morts.

Pour Fernando Vaz, il faut que la CEDEAO prenne des décisions qui tiennent compte des aspirations du peuple guinéen. La majorité du peuple n’est pas d’accord. La CEDEAO pense qu’elle peut amener la paix en prenant des sanctions. Au contraire, les mesures vont exacerber la tension politique. Les sanctions menacent la stabilité du pays.

« Nous avons dans la sous-région des coups d’Etat à la tête des pays démocratiques. Ils sont plus habilités à entreprendre une médiation pour aider les dirigeants de la Guinée-Bissau  à trouver des solutions consensuelles », dit-il. En Guinée, fait-il rappeler,  il y a des tensions politiques qui ont entraîné la mort de plus de plusieurs personnes.

« Cela disqualifie le président Alpha Condé. Le Président Faure du Togo est aussi disqualifié, son pays a enregistré plusieurs morts lors des manifestations politiques », s’indigne t-il. Pour le porte-parole du gouvernement guinéen, une partie a été sanctionnée sans fondement.

« Nous voulons une liberté de la presse. Ces personnes ont été sanctionnées avec leurs familles alors que nous ne sommes pas en guerre. Des personnes qui n’ont rien à voir avec la crise », ajoute t-il. Selon lui, l’accord de Conakry demande un Premier ministre consensuel. « Il y a une nouvelle majorité qui a permis la nomination du Général Oumar Mballo », poursuit-il.

« Les chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest ont mis en œuvre des sanctions individuelles contre les personnes ou organisations qui entravent le processus de sortie de crise en Guinée-Bissau », explique le communiqué de la Cedeao.

LIRE AUSSI  Gabon : 2018, une année de cohésion et de réalisations

Comments

commentaires

Actualité africaine

SHARE TWEET PIN SHARE

About the Author

Mapote
Mapote Gaye journaliste Sénégalais Consultant. Formateur en communication, Marketing et Management

Be the first to comment on "Fernando Vaz : « Nous avons des coups d’Etat dans la sous-région »"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Afficher
Cacher