Francophonie : Kigali rejette les accusations de Human Rignts watch

Ads

Partagez!

La condamnation de Mme Ingabire avait violé ses droits à la liberté d’expression et à une défense adéquate. C’est ce que la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) avait estimé au mois de novembre dernier.

Pour Eugène Ndahayo, ancien vice-président des FDU, la libération de Victoire Ingabire se situe dans un contexte d’élections au niveau de l’Organisation internationale de la Francophonie et que (la candidature de) Madame (Louise) Mushikiwabo, l’actuelle ministre des Affaires étrangères.

Cette candidature est contestée à cause de la question des droits de l’homme au Rwanda. Mme Mushikiwabo est soutenue par la France pour devenir la prochaine secrétaire générale de l’OIF, qui sera désignée au sommet de la Francophonie les 11 et 12 octobre en Arménie.

 

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

William Tambwe
William Tambwe, chroniqueur et éditorialiste pour Africtelegraph.

Be the first to comment on "Francophonie : Kigali rejette les accusations de Human Rignts watch"

Laisser un commentaire