Gabon / Alain-Claude Bilie By Nze : «Nous n’allons pas passer notre temps à dialoguer… »

Alain-Claude Bilie By NzeAlain-Claude Bilie By Nze

Annonces

Partagez!

La position du gouvernement est désormais connue. Après les sorties médiatiques de Casimir Oye Mba et Guy Nzouba Ndama, tous deux membres de la Coalition pour la nouvelle République autour de Jean Ping, le porte-parole du gouvernement a clairement dit qu’il n’y aura pas de troisième dialogue.

Alain-Claude Bilié By Nze a indiqué, à travers sa traditionnelle conférence de presse hebdomadaire animée le mercredi 31 mai dernier que la période du dialogue était terminée, l’heure est désormais au travail. « Il faut que cela soit entendu une bonne fois pour toute, il n’y aura pas de troisième dialogue. Nous n’allons pas passer notre temps à dialoguer, le pays a besoin de se mettre au travail», a-t-il martelé.

Fermant ainsi, la voie aux propositions émises par les deux personnalités de l’opposition.

Pour M. Bilie By Nze, le dialogue politique est fini et il y a eu des avancées significatives allant dans le sens de faire évoluer la démocratie au Gabon. Il y a eu beaucoup de résolutions qui touchent à tous les secteurs de la société.

Sur le plan politique, le retour de l’élection à deux tours, la création du centre gabonais des élections (CGE) en remplacement de la CENAP, la limitation du rôle de la Cour Constitutionnelle et du ministère de l’intérieur dans les élections sont en effet des victoires majeures.

Sur le plan associatif et religieux, les résolutions du dialogue permettront une meilleure reconnaissance des entités religieuses monothéistes et une meilleure régulation de la pratique de la foi au Gabon. La liberté religieuse sera ainsi mieux garantie dans notre pays. La question de la limitation du mandat présidentiel et le non cumul des mandats politiques ont été discutés dans des commissions.

Le porte-parole du gouvernement a par ailleurs indiqué qu’au vu des résultats du dialogue politique, une ouverture est apportée pour que les acteurs politiques et les membres de la société civile qui le désire puissent signer les accords même lorsque ces acteurs n’ont pas été partie prenante. C’est la voie pour permettre un apaisement de la situation de crise que traverse actuellement le pays.

La position de Casimir Oye Mba et Guy Nzouba Ndama, a donc suscité une réponse claire du gouvernement. Ali Bongo étant le président de tous les Gabonais, il est toujours disposé à discuter avec eux de manière officielle ou officieuse.

«Nous sommes prêts et disposés à entendre le point de vue qu’ils ont, à entendre ce qu’ils ont à dire », a rappé Alain-Claude Bilie By Nze. Avant de préciser qu’une divergence de fond existe déjà avec Casimir Oye Mba. « Pour nous, Ali Bongo a été élu, Oye Mba pense le contraire. Donc pour commencer il faut qu’on s’accorde sur ce point ».

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

William Tambwe
William Tambwe, chroniqueur et éditorialiste pour Africtelegraph.

Laisser un commentaire