Gabon : Apaisement, Oyé Mba en sapeur pompier ?

Casimir Oyé Mba et son épouse

Annonces

Partagez!

En appelant les différents acteurs politiques à nouer les fils du dialogue, l’ancien Premier ministre, Casimir Oyé, se démarque et s’impose en conciliateur.

Au cours d’une conférence de presse qu’il a tenue le dimanche dernier, l’ancien Premier ministre, Casimir Oyé, a appelé les différents acteurs politiques au dialogue et à l’apaisement.

A Libreville et son hinterland qui se vident progressivement de ses populations par crainte des violences qui pourraient surgir à l’annonce du verdict de la Cour constitutionnelle, son message a été diversement perçu.

A ceux qui ont voulu crier au loup, l’ancien Premier ministre s’est voulu rassurant : « Je demande d’abord à la Cour constitutionnelle de rendre un verdict qui respecte le vote du peuple. Et, dans le cas d’espèce, c’est Jean Ping qui a gagné la présidentielle avec une majorité confortable. Si ce préalable est respecté, l’on pourrait ensuite apprécier dans quelles conditions prendre langue avec l’autre camp pour examiner les conditions d’un dialogue », a-t-il déclaré.

Dans d’autres milieux par contre, cet appel à l’apaisement a reçu un écho largement favorable pour éviter, dit-on, les risques de violence et les craintes tous genres qui enflent dans la cité.

« Pour nous, nous voulons la paix ; et une initiative qui permet aux gens de se parler ne peut que retenir notre assentiment, car nous n’avons pas un pays de rechange », s’est exprimé sous couvert d’anonymat un quinquagénaire.

L’appel de l’ancien Premier ministre Casimir Oyé Mba qui est monté au créneau arrive à point nommé. Beaucoup pensent que personne ne gagnerait dans une absence de dialogue entre les différentes têtes de proue dans la crise post-électorale.

Les signes de nervosité et de méfiance sont très visibles à Libreville. Et au quartier, presque tout le monde se regarde en chiens de faïence. L’opinion reste très divisée.

Si dans le camp des PDGistes, nombreux estiment avoir confiance aux voies légales, il n’en est pas de même chez les partisans de Jean Ping qui propagent des messages de violence et de haine au cas où leur candidat n’était pas proclamé vainqueur de la présidentielle du 27 août dernier.
Le moins que l’on puisse dire est qu’au stade actuel, il est difficile d’infirmer ou de confirmer une tentative de rapprochement entre le candidat Ali Bongo, proclamé vainqueur, et son challenger Jean Ping qui s’arc-bouterait dans des positions jusqu’au-boutistes.

Pour l’instant, Libreville et le reste du pays continuent de retenir le souffle. D’autant qu’en l’absence des informations officielles, les soutiens de Ping inonderaient les quartiers des messages pas du tout rassurants. L’on parle avec insistance d’un schéma de nouvelles manifestations au moment de l’annonce du verdict de la Cour constitutionnelle à l’image de celles qui avaient semé la désolation à travers tout le pays au soir du 31 août dernier, jour de proclamation des résultats.

Seront-ils suivis dans cette voie ? Wait and see.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

1 Comment on "Gabon : Apaisement, Oyé Mba en sapeur pompier ?"

  1. d’abord, une chane industrielle complete est la cle, le deuxieme, l’epine dorsa.

Laisser un commentaire