Gabon : Les commerçants de la devanture de Mbolo chassés

Les kiosques detruits à Mbolo

Annonces

Partagez!

Les boutiques jouxtant l’hypermarché MBOLO à Libreville, la capitale gabonaise, ont été détruites le 22 juin 2016 en matinée par le génie militaire qui a mis en application une décision de justice qui expulserait ces commerçants.

Sans informations claires à propos de cette opération, les nombreux commerçants de cet endroit, sont restés perplexes et sans voix.

« On n’a rien reçu. Ils ont tout cassé, on n’a pu enlever que quelques articles. Certains parmi nous n’ont rien enlevé. On n’a rien reçu. Nous sommes ici, et MBOLO est fermé. On n’a donc pas d’interlocuteur », s’est exclamé Yara, un des commerçants déguerpis et visiblement très affaibli par les pertes qu’il vient de subir.

Les commerçants disent avoir gagné le procès contre Mbolo, et ne comprennent pas pourquoi le propriétaire a ordonné cette destruction.

Selon certaines sources, les responsables de l’hypermarché auraient auparavant adressé à chaque commerçant un courrier de résiliation de bail qui les liait, tout en leur promettant des enveloppes pour soutenir les « sinistrés » dans la recherche de nouveaux espaces.

Le départ de ces commerçants fera l’affaire des magasins installés à l’intérieur du centre commercial qui dénonçaient déjà une « concurrence déloyale ».

Toutefois, la destruction des échoppes jouxtant le super marché Mbolo relance le débat sur les conditions de travail de petits commerçants, que le président de la République a dit vouloir améliorer afin d’assurer l’égalité des chances à toutes les populations.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Be the first to comment on "Gabon : Les commerçants de la devanture de Mbolo chassés"

Laisser un commentaire