Gabon : Dynamique unitaire, la vraie bataille est juridique !

Jean Remy YamaJean Remy Yama

Annonces

Partagez!

Selon de nombreuses sources dignes de foi, la prestation devant la Cour constitutionnelle du président de Dynamique unitaire, Jean Remy Yama, ne s’est pas passée à son avantage tant l’absence d’arguments juridiques pour appuyer son rejet des mesures gouvernementales était manifeste.

Ayant saisi la Cour constitutionnelle depuis le début du mois de juillet pour obtenir l’annulation de l’ordonnance du 23 février 2018 réorganisant l’activité syndicale ainsi que les mesures financières édictées par le gouvernement le 21 juin dernier, c’est le lundi 6 août que Jean Remy Yama, président de Dynamique unitaire a été entendu par les juges de cette Institution.

Pourtant soutenues par les instances financières internationales dont le FMI, la BAD ou la BEAC, ces mesures tendant à équilibrer les finances de l’Etat ne rencontrent pas l’assentiment des fonctionnaires regroupés au sein du syndicat Dynamique unitaire pour qui elles violent les droits des agents publics.

Le moins qu’on puisse dire est que Jean Remy Yama a passé son oral à la Haute cour. Le débat a été conduit par Marie-Madeleine Mborantsuo, la présidente de l’institution.

En attendant les conclusions qui sortiront de ces audiences, l’initiative ne suscite pas moins de l’intérêt.

            La primauté du droit sur le langage de la rue

« Ce n’est pas dans la rue qu’il faut faire respirer la démocratie sociale. Le Gabon est un Etat de droit avec des règles protectrices pour les travailleurs. Si quelqu’un pense que celles-ci sont violées, il a à sa disposition toute une série de recours », a fait savoir un juriste spécialisé en droit social et qui par ailleurs compte de nombreuses organisations syndicales comme « clients » dans son giron et dont il assure la défense des intérêts.

Par ailleurs, il filtre que la prestation du président de Dynamique unitaire devant la Cour n’a pas du tout été convaincante.

« Il n’avait manifestement pas ou peu préparé ce rendez-vous », a laissé échapper une source digne de foi.

Dans ces réponses face aux nombreuses questions, Jean Remy Yama n’a pas pu tirer son épingle de jeu sur le terrain du droit.

« Son discours était à forte tonalité politique alors que c’est sur le terrain juridique qu’il aurait fallu se battre », a indiqué un témoin visiblement déçu.

Certains accompagnateurs n’ont pas caché leur déconvenue. « C’est une occasion manquée. On avait là l’opportunité de faire prévaloir des arguments lourds autres que la mobilisation de la rue. A ce qui semble, on a raté le coche. La rue ne devait venir qu’en appoint, la vraie victoire c’est au niveau du droit, malheureusement…. », a relevé l’un des membres.

D’autres organisations syndicales et même quelques voix au sein de Dynamique unitaire se font de plus en plus entendre et portent des sérieuses critiques contre la ligne choisie par le président Yama qu’ils accusent d’être jusqu’au-boutiste.

Du coup, l’énergie des premiers jours semble visiblement avoir baissé au fil de temps.

« Je pense que l’heure est au réalisme et avant que le temps ne nous soumette à rude épreuve, il est dans notre intérêt de nous démarquer du poids que veulent nous imposer les acteurs politiques en perte de vitesse », a déclaré un proche du président Jean Remy Yama.

A en croire des sources concordantes, cette opinion semble faire du chemin si elle ne ravit pas la vedette dans les rangs de D.U qui mobilise de moins en moins.

LIRE AUSSI  Gabon : Jean Ping dans une position de faiblesse derrière Dynamique unitaire

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

William Tambwe
William Tambwe, chroniqueur et éditorialiste pour Africtelegraph.

Laisser un commentaire