Gabon : La fenêtre d’une paix de braves s’ouvre entre Ali Bongo et Jean Ping

Ali Bongo et Jean Ping

Annonces

Partagez!

Au Gabon, au fur et à mesure que l’on s’approche du verdict attendu de la part de la Cour constitutionnelle, les signes d’un dégel se multiplient. De quoi faire pavoiser les Gabonais qui peuvent ainsi se dire « no apocalypse now ».

Il n’y aura pas d’apocalypse au Gabon, tant la farouche volonté des principaux acteurs du jeu politique est avérée pour éloigner un tel spectre.

Dernier fait en date, la sortie de himself, Ali Bongo Ondimba, le président de la République proclamé réélu par la Cénap à l’élection présidentielle du 27 août dernier.

Ne souhaitant plus voir tomber un seul Gabonais par suite de la crise post-électorale, le président Ali Bongo Ondimba a clairement exprimé son intention de rencontrer outre son principal rival Jean Ping mais l’ensemble des candidats ayant pris part à cette joute dont l’enjeu était l’accession à la magistrature suprême.

D’après les propos d’Alain-Claude Bilie-By-Nzé, le porte-parole du gouvernement, qui l’a déclaré sur le plateau de Gabon Télévision, le président Ali Bongo Ondimba « est prêt à rencontrer tous les candidats de la dernière élection présidentielle, y compris M. Ping, afin que plus aucun Gabonais ne trouve la mort sous prétexte d’une revendication démocratique dont les mécanismes de résolution sont prévus par la loi et connus de tous ». Faisant ainsi allusion au contentieux électoral en cours d’examen par la Cour constitutionnelle.

Faisant d’une pierre deux coups, le porte-parole du gouvernement, par ailleurs ministre de la Communication, s’est insurgé contre certaines voix qui s’élèvent à nouveau pour renouer le couteau dans la plaie. Des voix qui, d’après lui, incarnent une violence politique jamais atteinte dans notre pays et promettent une instabilité durable si le résultat de la Cour ne leur était pas favorable.

Poursuivant que « Le dessein avoué de ces gens est de faire encore plus de victimes, comme si le nombre de morts déjà enregistrés et le deuil qui frappe de nombreuses familles gabonaises ne sont pas déjà des morts de trop », s’est-il insurgé.

C’est depuis la date du 8 septembre que Jean Ping. Dans sa requête, il accusait son adversaire d’avoir bénéficié d’une manipulation des résultats notamment le dans sa province d’origine du Haut-Ogooué. Raison pour laquelle, il exige le recomptage des voix.

De son côté, le chef de l’Etat sortant Ali Bongo (et déclaré réélu d’après les résultats provisoires) y a réalisé un raz-de-marée avec un score de 95% des voix pour 99% de participation, selon les résultats de la Commission électorale (Cénap).

Avec ce score, la Cénap l’a déclaré avoir remporté l’élection sur l’ensemble du pays avec environ 5.000 voix d’avance. Rendus publics le mardi 31 août dernier par Pâcome Moubelet, le ministre de l’Intérieur, l’annonce de ces résultats avait donné lieu à des violentes manifestations couplées aux pillages massifs ainsi qu’à la destruction des biens publics.

La Cour dispose d’un délai de quinze jours – qui court jusqu’à vendredi 23 septembre – pour se prononcer. Des rumeurs persistantes évoqueraient un possible report de sa décision.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

1 Comment on "Gabon : La fenêtre d’une paix de braves s’ouvre entre Ali Bongo et Jean Ping"

  1. Vous racontez du n’importe quoi, c’est décevant. Le porte parole Alain Claude Bilé n’est passé à la télé que pour menacer Jean PING et par conséquent le peuple qui réclame sa victoire. Ce contexte n’exprime que la défiance permanente de ce pouvoir face à un peuple aguerri à la peur et de fait tenace. Advienne que pourra, des fosses communes on en parle, du coup nous pourrions tous y aller afin qu’Ali Bongo et sa bande fassent du Gabon ce que bon leur semble. Cette fois, abandonné comme c’est le cas, le peuple va longuement résister, et les perturbations on en connaîtra à suffisance. Bravo à Ali pour la victoire mais ce sera sous la braise.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*