Gabon : La parlement adopte la nouvelle constitution

Les députés à l'assemblée nationaleLes députés à l'assemblée nationale

Annonces

Partagez!

Députés et Sénateurs ont massivement validé le 10 janvier à Libreville la nouvelle loi fondamentale qui renforce les pouvoirs du président de la République.

C’est la septième constitution adoptée depuis la fin du monopartisme en 1991 au Gabon. Mercredi dernier, les deux chambres du parlement réunies en congrès extraordinaire, ont adopté la nouvelle constitution à 197 voix pour, 14 contre et deux abstentions.

Même si l’opposition dénonce une « monarchisation » du pouvoir, le vote de la nouvelle loi au congrès extraordinaire n’a pas rencontré une grande résistance.

Car, le Parti Démocrate Gabonais (PDG, au pouvoir) étant majoritaire au parlement, a  massivement voté la nouvelle loi fondamentale. Celle-ci n’attend plus que sa promulgation dans vingt-cinq jours par le président de la République.

La nouvelle loi a connu de nombreux amendements, notamment au niveau de l’article 8 qui concentre presque tout le pouvoir exécutif entre les mains du président de la République. Par ailleurs, elle lui garantie une immunité même n’étant plus en fonction. Autrement, le président de la République ne devrait pas faire l’objet des poursuites judiciaires, ni de condamnation.

De même, l’article 20 de la constitution donne des précisions sur les personnes nommées à de hautes fonctions civiles et militaires. Les cadres nommés, selon la nouvelle loi, prêteront désormais serment devant le chef de l’Etat.

Par ailleurs, le mandat du président de la République reste de sept ans, et renouvelable plusieurs fois. Le président de la République est d’office le chef suprême des armées, de police, des renseignements et de la marine nationale. Il nomme et révoque aux fonctions civiles et militaires.

C’est également lui le président du conseil supérieur de la magistrature. Si la nouvelle constitution doit être promulguée dans les 25 jours après son adoption, la présidence Gabonaise a fait savoir que celle-ci doit encore être examinée par la cour constitutionnelle.

LIRE AUSSI  Gabon : Pour une réconciliation nationale

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Mballa
Destin Mballa, journaliste camerounais.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Afficher
Cacher