Gabon : La suspension de la journaliste suscite un grand débat

Omar Bongo Ondimba

Ads

Partagez!

« Nous avons présenté nos excuses au président Ali Bongo Ondimba et à toute sa famille. Nous avons dit que nous examinerons en interne une sanction. Nous avons relevé que c’était un lapsus. Cela peut arriver à tout le monde. Mais là, c’est quand même un peu trop grossier, car c’est une confusion qui a été faite avec le chef de l’État ».

Ces propos ont été tenus par Mathieu Koumba. Il est le Directeur Général de Gabon Télévision, la télévision nationale gabonaise. Il a fait cette déclaration le vendredi 9 juin 2017 au journal de 13 heures. Et, son annonce visait à corriger l’erreur commise la veille par une journaliste. La présentatrice du JT de 23 heures avait annoncé par erreur la mort du président Ali Bongo Ondimba.

Le sujet a enflammé la toile avant que les responsables de Gabon Télévision se prononcent pour corriger le lapsus. Au lieu de dire Omar Bongo Ondimba, dont on célébrait le 8ème anniversaire de la mort le 8 juin, la journaliste a dit Ali Bongo Ondimba.

Wivine Ovandong, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, a poursuivi avec  des documentaires dans le cadre de la commémoration du huitième anniversaire du décès. « Le président de la République, Ali Bongo Ondimba, s’est éteint à Barcelone en Espagne », avait-elle annoncé avant.

Aujourd’hui, tout le monde sait que c’était une erreur qui a été d’ailleurs corrigée. Mais, une question taraude les esprits. Pourquoi la journaliste a-t-elle été suspendue ? Certes qu’elle n’a pas agi en professionnelle pour corriger l’erreur juste après la phase des documentaires. Du genre : « Comme vous venez de suivre, il s’agit bien d’Omar Bongo Ondimba et non Ali Bongo Ondimba comme annoncé tout à l’heure ».

Dans cette bourde, elle ne peut pas être la seule à assumer la faute. Etant donné que ses supérieurs n’ont pas réagi de suite. Ni le Directeur des actualités ou le Directeur Général est passé à l’antenne après le JT pour donner la bonne information. « Ils ont tous les moyens de mobilité ». Il a fallu que les réseaux sociaux s’enflamment pour qu’on voit le DG au journal de 13 heures.

« Ils ont tous manqué de professionnalisme », a expliqué un observateur. Pour lui, la direction n’a pas à sanctionner la journaliste. Elle doit l’encourager à devenir plus professionnelle. Surtout que c’était sa première semaine au JT. Le DG peut demander au Directeur des actualités de la renvoyer aux flashs d’information par exemple. Parce que si sanction il y a, tout le monde doit être sanctionné. Y compris Mathieu Koumba.

Au vu de ce qui est dit, les responsables de la télévision publique gagneraient à annuler la suspension de la journaliste. Puisque le président Ali Bongo Ondimba a encore beaucoup d’années devant lui. Ce temps lui permettra de conduire le Gabon vers l’émergence. Les signaux sont là. Le Chef de l’Etat lui-même là où il est aimerait voir cette journaliste émerger. Elle évitera ce genre d’erreur à l’avenir.

C’est la meilleure façon de protéger la journaliste. Omar Bongo Ondimba était un grand homme de dialogue. La commémoration de sa mort peut être lié à une erreur mais non à la suspension d’une journaliste. Qui dit mieux ?

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Laisser un commentaire