Gabon : La plainte du DC du président Bongo est recevable aux Etats-Unis

Martin Boguikouma, le DC du président Bongo

Annonces

Partagez!

Martin Boguikouma est le Directeur de cabinet (DC) du président Ali Bongo Ondimba. Il a fait l’objet des attaques virulentes dans une rue proche de la Ve avenue par des Gabonais résidents aux États-Unis. Par mesure de sécurité contre sa vie, il a déposé une plainte, à cause des actes de violence à son endroit. Sa plainte est recevable, a expliqué un juriste.

Martin Boguikouma s’est rendu le 6 juin 2017 dans des locaux de la police de New York, pour se plaindre ; mais aussi assurer la sécurité de sa vie. Ayant fait l’objet d’une menace dans une rue américaine, il ne pouvait faire mieux que de protéger sa vie. Compte tenu de tout cela, le DC d’Ali Bongo a déposé une plainte pour des actes de violence dont il a été victime sur la voie publique.

En déposant cette plainte, le Directeur de cabinet était bien entouré ; car il avait un soutien de taille. A ses côtés, on retrouvait Michael Moussa Adamo, l’ambassadeur du Gabon aux États-Unis. Interrogé, Martin Boguikouma a expliqué les tenants et les aboutissants de cette affaire. C’était le 4 juin dernier.

Donc, une enquête est ouverte pour satisfaire la demande de Martin Boguikouma ; sa plainte a été bien ficelée. Car, il a visé des personnes dans sa plainte. Il s’agit de Serge Alain Obame, Franck Jocktane, Ndossy, John Mikouma y compris une dame présentée comme la fille d’un haut dignitaire du Gabon.

En tout cas, c’est un acte que l’entourage du pouvoir et certains opposants n’ont pas du tout apprécié. Ils ont vigoureusement dénoncé ces actes de violence.

En outre, les opposants continuent de se plaindre, ils ont battu le macadam les 5 et 6 juin en face du New York Peninsula Hotel.

« La loi américaine autorise n’importe qui à manifester ou protester, mais pas à poursuivre, harceler, insulter, filmer et attaquer autrui ». C’est le sentiment d’un membre de la délégation gabonaise. Aussi, l’opposant Jean Ping refuse toujours d’accepter sa défaite. Est-il derrière certains actes ? Une chose est certaine : les autorités gabonaises prendront toutes les responsabilités pour éclairer tous.

La plainte de Martin Boguikouma étant recevable, les auteurs de ces délits seront forcement condamnés. Plusieurs chefs d’accusations pèsent sur eux. On peut citer : Injures publiques ; menaces ; atteinte à l’honneur ; humiliation ; harcèlement, et autres. Des actes prémédités puisque ses auteurs ont eu le soin de les filmer et de les diffuser sur Internet.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Laisser un commentaire