Gabon : Le directeur général d’Azur Gabon va-t-il démissionner ?

Le DG de Azur Gabon

Annonces

Partagez!

Le problème d’Azur Gabon n’est pas un problème politique, mais de management, ont fait remarquer les employés de cette société de téléphonie mobile dans une lettre adressée au Président directeur général (PDG) de l’entreprise, Jean Usan.

Les agents d’Azur Gabon reprochent au DG Georges Akoury sa gestion approximative. A travers un préavis de grève, ils réclament la démission urgente de leur directeur général pour incompétence notoire. « Nous le soupçonnions, mais maintenant nous avons la certitude : le problème d’Azur Gabon n’est pas un problème politique, mais de management », ont-ils fait remarquer dans la lettre.

Au cours d’une assemblée générale tenue le 18 mai dernier, les agents de l’opérateur de téléphonie mobile et leurs délégués syndicaux ont haussé le ton. Ils entendent passer à la vitesse supérieure au cas où ils n’obtiendraient pas satisfaction à leur revendication.

Un préavis de 8 jours a été déposé vendredi au bureau du DG, conformément aux dispositions du code du travail. Aussi réclament-ils le paiement d’un mois d’arriéré de salaire, précisément le mois d’avril et le 13ème mois de l’année 2016, une prime allouée aux employés chaque fin d’année.

« Cette fois-ci, nous n’acceptons ni menaces, ni tentative d’intimidation de la part de la hiérarchie. Nous, l’ensemble des employés, sommes déterminés à aller jusqu’au bout du processus », ont-ils écrit dans cette lettre incendiaire adressée au PDG d’Azur Gabon.

Il faut rappeler que le groupe est actuellement en difficulté. Il n’a plus fait d’investissements depuis près de 3 ans, n’a toujours pas de licence haut débit, et est surendetté. L’actionnaire principal n’a plus mis les pieds au Gabon depuis 2 ans. Il avait été incarcéré, puis relaxé avant de rentrer en catimini dans son pays d’origine, le Congo Brazzaville.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

William Tambwe
William Tambwe, chroniqueur et éditorialiste pour Africtelegraph.

Laisser un commentaire