Gabon : L’école publique d’Okala a connu une cure de jouvence

L'école publique d'Okala refaite par l'AJEV

Annonces

Partagez!

L’Association des Jeunes Emergents Volontaires (AJEV) que dirige Brice Laccruche Alihanga vient de remettre quasiment à neuf les vieux bâtiments qui composent cet établissement primaire (école publique d’Okala) pour un montant chiffré à plusieurs millions de francs CFA. Le joyau architectural a été réceptionné par le personnel enseignant le 4 novembre 2016.

Dans le cadre des actions qu’ils mènent en faveur des populations et spécifiquement en faveur des jeunes, l’AJEV et son président Brice Laccruche Alihanga ont procédé, vendredi dernier, à la livraison officielle de la nouvelle école publique d’Okala, dans le 1er arrondissement de Libreville.

Les travaux, qui ont été exécutés pendant deux (2) semaines par les membres de l’AJEV formés aux métiers du bâtiment, de la menuiserie, de l’électricité et de la plomberie, ont débouché sur la réfection de seize (16) salles de classe, du logement du chef d’établissement ainsi que des sanitaires.

« C’est une action qui s’inscrit totalement dans la vision de l’AJEV qui est celle de soutenir de manière pragmatique l’Egalité des chances réelle, d’appliquer la théorie de cette égalité des chances à la pratique. En ce moment, comme vous le savez, l’AJEV s’est engagée dans le combat pour l’éducation pour tous, au-delà des textes et des prises de parole d’appuyer nos dires par des actes », a formulé Brice Laccruche Alihanga.

Brice Laccruche Alihanga et les élèves de l'école publique d'Okala

Brice Laccruche Alihanga et les élèves de l’école publique d’Okala

Evidemment, le président de l’AJEV se dit conscient que la réduction des inégalités sociales au Gabon passe aussi par une meilleure formation de tous les jeunes enfants, voilà pourquoi, selon lui, il est urgent de leur offrir des conditions d’accueil acceptables.

« Nous n’arriverons jamais à tasser les inégalités si nous n’investissons pas fortement dans l’éducation », a t-il poursuivi.

Intervenant au nom du chef d’établissement empêché, un enseignant, Willy Nkoghé Menié, a déclaré : « Nous remercions du fond du cœur l’Association des Jeunes Emergents Volontaires (AJEV) qui a contribué à réfectionner notre école, à la rendre quasiment neuve, une école qui était en état de dégradation très avancée. Quitte à nous enseignants de maintenir ce bel ouvrage dans son état actuel. Au nom des parents d’élèves, des enseignants ainsi que de la direction nous leur disons merci ».

De son côté, une jeune apprenante, toute souriante, est venue faire cette déclaration : « Nous sommes contents de l’AJEV, maintenant l’école est devenue bien ».

Créée en 1960, l’école publique d’Okala n’a connu sa dernière réfection qu’en 1987. Depuis lors, elle est tombée en ruine attendant un geste pour se remettre. Aujourd’hui, grâce à l’œuvre de l’AJEV, la voilà revenue au niveau des plus belles écoles de Libreville.

Ce genre d’actions, l’AJEV compte les poursuivre grâce, non seulement à l’appui de ses membres et des différents partenaires, mais aussi et surtout, par la détermination de son président qui veut rendre à l’école publique ce qu’elle lui a donné.

Dans une tribune libre publiée à la fin du mois d’octobre dernier et signé de son président, l’AJEV avait dévoilé ses convictions en matière de l’éducation. Pour cette association, l’école doit revenir au coeur de la République.

Lire aussi : Gabon : Les convictions de l’AJEV en matière de l’éducation

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Be the first to comment on "Gabon : L’école publique d’Okala a connu une cure de jouvence"

Laisser un commentaire