Gabon : Les opposants n’avaient pas d’arguments devant la Cour constitutionnelle

Jean PingJean Ping

Annonces

Partagez!

La Cour constitutionnelle du Gabon a rejeté le 25 juillet 2016 les recours introduits par trois opposants contre la candidature du président Ali Bongo Ondimba à l’élection présidentielle du 27 août. Les trois candidats à ce scrutin tentaient de faire invalider la candidature d’Ali Bongo Ondimba pour inéligibilité.

Saisie le 18 juillet dernier par Guy Nzouba Ndama, Jean Ping et Pierre-Claver Maganga Moussavou, la Cour constitutionnelle a finalement rejeté les trois recours. Les requérants sollicitaient de la haute juridiction l’annulation de la candidature du président Ali Bongo Ondimba pour dossier incomplet. Ils l’accusent de ne pas être né gabonais. Et ils mettent en doute l’authenticité de son acte de naissance.

Malheureusement, leurs dossiers étaient vides. Non seulement l’acte de naissance incriminé n’a pas été produit au dossier soumis à l’examen devant la cour, mais aussi que cette juridiction n’est pas compétente pour se prononcer sur l’authenticité d’un acte d’Etat civil.

Selon un juriste, cela est du ressort des juridictions de droit commun.

Les détracteurs du président Ali Bongo Ondimba, élu en 2009, disent qu’il est un enfant nigérian adopté par l’ex-président Omar Bongo à la fin des années 1960 et l’accusent d’avoir falsifié son état civil. Dans ce cas, il serait frappé par l’acte 10 de la Constitution, qui impose d’être né gabonais.

Les opposants qui ont amené ce (Kongossa) à la Cour constitutionnelle n’ont apporté aucune preuve. On a vu ni jugement d’adoption, ni un acte d’adoption ou tout autre document pouvant incriminer le chef de l’Etat.

La Commission électorale nationale autonome et permanente (Cenap) a validé le 15 juillet 14 candidatures pour cette élection qui s’annonce déjà tendue.

Les décisions de la Cour constitutionnelle étant sans appel, les choses sérieuses peuvent commencer. Chaque candidat devra se vendre auprès des gabonais pour solliciter les suffrages. Le président sortant serait favori de ce scrutin à un tour devant les 13 autres candidats.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Be the first to comment on "Gabon : Les opposants n’avaient pas d’arguments devant la Cour constitutionnelle"

Laisser un commentaire