Gabon : La promesse d’une nouvelle action publique sur les priorités, le concret et l’efficacité

Le président Ali Bongo Ondimba s'adresse aux gabonaisLe président Ali Bongo Ondimba s'adresse aux gabonais

Annonces

Partagez!

Le Président de la République gabonaise, Ali Bongo Ondimba, inscrit son second mandat à la magistrature suprême dans une rupture totale qui explique une nouvelle action publique pour l’année 2018.

Cette promesse faite au cours de son traditionnel discours des vœux à la nation gabonaise, pourrait se résumer par le triple sens des priorités, du concret et de l’efficacité.

Ali Bongo Ondimba, respectant la tradition du 31 décembre 2017, a abordé plusieurs sujets dans son discours notamment la cohésion et l’unité nationale, les législatives en 2018, la création d’au moins 10.000 emplois par an et pour les jeunes, mais également la création d’un Fonds d’initiative départementale (Fid) doté d’un milliards de francs CFA dans chaque département du pays pour financer les projets de développements.

Le Président de la République gabonaise a insisté sur le sens des priorités en premier lieu. Pour lui, la nouvelle action publique va s’atteler à traiter avant tout des préoccupations quotidiennes des Gabonais : emploi, éducation, santé, logement, eau, électricité, etc.

Ensuite, la nouvelle action s’appesantira sur le sens du concret. A ce sujet, la nouvelle action publique se veut pratique. Il s’agit d’apporter des réponses très concrètes, pratiques aux problèmes des Gabonais.

La nouvelle action publique du président de la République est aussi synonyme de culture du résultat. Raison pour laquelle il a insisté sur l’efficacité. « Les résultats doivent être effectifs non pas dans cinq ans, ni même trois ans, mais immédiatement dès 2018 », a-t-il souligné. Ali Bongo Ondimba est conscient que les Gabonais ne sont pas satisfaits de leur administration et des actions du gouvernement. Et pour mettre fin à ces manquements, des mesures ont été prises en faveur des populations.

Le chef de l’Etat a annoncé la mise en place d’un réseau de cliniques mobiles dans chacune des provinces du Gabon afin de permettre une meilleure couverture sanitaire à l’échelle du pays et l’accès aux soins de base pour les plus démunis. Ce réseau sera constitué d’une flotte de bus médicalisés, de type 4X4, disposant de l’équipement nécessaire pour réaliser des soins d’urgence et de base : espace de consultation, table d’examen gynécologique, mini-laboratoire ou encore matériel ophtalmologique.

A cela s’ajoute un programme de gratuité des frais d’accouchement sur toute l’étendue du territoire national à compter du premier trimestre 2018. Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la décennie de la femme et vise, non seulement à réduire le taux de mortalité infantile, mais aussi à soulager les familles face aux dépenses, souvent lourdes, liées à la naissance d’un bébé.

Une autre annonce concerne le secteur de l’énergie. D’ici mars 2018, 5 000 lampadaires solaires seront déployés sur tout le territoire national, en fonction des besoins préalablement identifiés. A en croire le président de la République, ce projet vise, non seulement à réduire le taux d’insécurité dans nos villes et dans nos campagnes, mais aussi à rédynamiser certains quartiers. L’eau, ensuite.

Des puits équipés de pompe à eau seront installés dans chaque regroupement de villages à travers le pays. L’accès à l’eau étant une nécessité universelle, l’Etat s’engage à poursuivre ses efforts afin de permettre aux populations de bénéficier d’une eau potable à proximité de leurs lieux d’habitation.

Ce projet permettra de lutter efficacement contre toutes les pathologies liées à la consommation d’eau impropre et de garantir une certaine équité entre tous les Gabonais dans l’accès à ce bien vital. Dès le premier trimestre 2018, les 925 regroupements de villages recensés sur le territoire national pourront ainsi bénéficier de cet équipement vital, indispensable à l’amélioration de la vie quotidienne des populations.

Et dans un contexte mondial marqué par la violence et le terrorisme, le chef de l’Etat est stricte. Il a dit qu’il ne transigera pas sur la sécurité des Gabonais et la sécurité de celles et ceux qui sont accueillis sur le territoire national. Et à ceux qui, étrangers ou nationaux, seraient tentés de conduire sur des chemins que le vivre ensemble réprouve, sa réponse, dit-il, ne souffrira d’aucune hésitation : elle sera impitoyable.

Le Gabon a toujours été un havre de paix, un exemple de coexistence pacifique et heureuse entre les différentes religions. Tant qu’il sera Président, Ali Bongo Ondimba a dit qu’il ne toléra ni violence ni intolérance. Sur ce sujet comme sur d’autres, il sera intraitable. Tout en promettant de suivre l’application de toutes ses promesses dans le secteur social, le chef de l’Etat veut voir ses meilleurs vœux pour 2018 se concrétiser dans la vie des Gabonais et que la nouvelle année apporte bonheur, santé et prospérité.

Sur le plan collectif, que 2018 soit une année de réalisations et de cohésion.

LIRE AUSSI  Gabon : Vaste remaniement dans la haute administration

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

William Tambwe
William Tambwe, chroniqueur et éditorialiste pour Africtelegraph.

Laisser un commentaire