Gabon: Santullo a fait illégalement exonérer de taxes les matériaux de construction de ses tours

Le sulfureux homme d'affaires italien Guido Santullo

Annonces

Partagez!

Au Gabon, le scandale financier autour de l’italien Guido Santullo n’en finit plus. Les enquêteurs de l’opération Mamba viennent de trouver des éléments supplémentaires au dossier.

Les enquêteurs viennent de mettre la main sur des documents d’exonération de droits de douanes et d’impôts à titre exceptionnel. Documents établis au bénéfice de Guido Santullo.  C’est en épluchant les documents saisie au siège de la société, qu’ils sont tombés dessus. L’autorisation a été signé du ministre de l’économie de l’époque, Luc Oyoubi. La requête d’exonération avait été initiée par le ministre des travaux publics Magloire Ngambia. C’était

Dans ce courrier, le Directeur Général des Impôts, Joël OGOUMA, refuse au ministre Magloire Ngambia l’allègement fiscal demandé par Guido Santullo. Joël OGOUMA adresse un courrier à son ministre de tutelle, Luc Oyoubi, justifiant de la nécessité de respecter les recommandations de la Banque Mondiale d’appliquer strictement la législation en vigueur.

Le ministre de l’économie Luc Oyoubi, donne son accord « à titre exceptionnel », allant à l’encontre de la recommandation du directeur général des impôts.

Des exonérations qui ne concernent pas les marchés publics

Les enquêteurs ont pu remonter la filière des exonérations illégales. Et ils sont tombés sur des fausses factures. Guido Santullo soumettait ainsi à l’administration des demandes d’exonération qui devaient concerner des marchandises destinées à des marchés publics accordés par l’Etat. Mais en fait, la marchandise exonérée concernée en réalité la construction de deux tours à titre privé, appelé « Centre Guido ». Rien avoir avec le marché de l’école des officiers de Mandilou. Pour se faire, le secrétariat de Guido Santullo n’a pas hésité à trafiquer les factures en changeant les noms des destinataires. Sur une première facture, apparait le nom du marché: école des officiers à Fougamou. Tandis que sur l’originale, non trafiquée, on aperçoit le destinataire réel, le « Centre Guido ».

Toujours selon le même document, c’est la surfacturation des marchés publics et l’exonération de ces taxes qui ont permis à Guido Santullo de construire les deux tours.

En outre, il faut rappeler que Guido Santullo est déjà cité dans une affaire de détournement de ciment. C’était au profit de la société Foberd-Gabon. Leur directeur général a été incarcéré le temps de l’enquête.

 

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Prosper
Prosper possède 15 ans d'expérience dans le journalisme. Il a précedemment travaillé pour le journal le Républicain et Le Scorpion Akéklé à Lomé. Devant la montée en force de la presse en ligne et la chute des presses traditionnelles, il décide de monter le site d'information en ligne AfricTelegraph en 2015 et s'installe au Gabon.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Afficher
Cacher