Le Gabon veut amnistier les auteurs de violences post-électorales de 2016

Human Right WatchIncendie de l'Assemblée nationale du Gabon

Ads

Partagez!

A la demande expresse du chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, une commission nationale sur les violences post-électorales sera mise en place dans les prochains jours par le gouvernement gabonais.

Cette commission a pour mission d’envisager une loi d’amnistie qui traitera au cas par cas certaines situations engageant des personnes qui se seraient rendues coupables de violences durant la crise post-électorale de 2016. C’est le Chef du gouvernement qui a fait l’annonce aux journalistes.

Pour Emmanuel Issoze Ngondet, il s’agit d’une des résolutions prises par les participants au dialogue politique tenu à Angondjé en vue d’arrêter les poursuites et annuler les condamnations relatives aux violences électorales. «On n’a pas besoin d’avoir, parallèlement à cet effort national, une initiative venant de la communauté internationale», a indiqué le Premier ministre avant de prendre position à la résolution sur le Gabon votée jeudi 14 septembre 2017 au parlement Européen à Strasbourg ou celle de l’ONU. « Le Gabon refuse toute idée d’enquête internationale », a-t-il insisté.

En outre, le chef du gouvernement a fait savoir qu’il reste attentif à l’enquête judiciaire visant un opposant inculpé mardi pour «complot contre l’autorité de l’Etat» et déféré à la prison centrale de Libreville. Pascal Oyougou du Rassemblement Héritage et Modernité (RHM) est poursuivi par le procureur de la République Steeve Ndong Essame. Une perquisition a été effectuée chez cet opposant avec interception de conversations par messagerie téléphonique.

Selon le magistrat, il s’est agi d’un plan de déstabilisation du Gabon qui visait à «s’attaquer aux commissariats pour armer les manifestants, s’attaquer à la base de la Garde républicaine, incendier la Radio d’Etat, le Sénat, l’Assemblée nationale» lors d’un rassemblement de l’opposition lundi 4 septembre.

Un autre opposant, en la personne de Frédérick Massavala Mamboumba, porte-parole de la Coalition pour la nouvelle République de Jean Ping est également détenu à la prison centrale depuis vendredi pour «instigation à un attroupement non armé ayant troublé l’ordre et la tranquillité publique» alors qu’il avait appelé au rassemblement non autorisé lundi 4 septembre qui a mobilisé environ 300 manifestants à Libreville et s’est soldé par une dispersion par la police.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

William Tambwe
William Tambwe, chroniqueur et éditorialiste pour Africtelegraph.

Be the first to comment on "Le Gabon veut amnistier les auteurs de violences post-électorales de 2016"

Laisser un commentaire