Gambie : Aucun accord trouvé entre Yahya Jammeh et la CEDEAO

Yahya Jammeh et les 4 présidents Africains de la CEDEAO

Ads

Partagez!

Les chefs d’Etat de grands pays d’Afrique de l’Ouest ne sont pas parvenus à convaincre le président sortant Yaya Jammeh. Du coup, Jammeh campe toujours sur sa position. Maintenant, il faudra attendre la rencontre d’Abuja du 17 décembre prochain pour voir une décision.

La présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf a d’ailleurs prévenu, mardi soir, à Banjul : « Un accord ne pourra pas être trouvé en un jour ». C’est une phrase qui émane de la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf. Elle a tenu ces propos, hier à Banjul au sortir de leur rencontre avec Yahya Jammeh.

La diplomatié envisagée a échoué; parce que Jammeh continue toujours de confisquer le pouvoir. Selon Jammeh, l’élection présidentielle gambienne a été entachée de fraudes.Tout au long de cette journée de négociations, Yahya Jammeh a donc réussi à étouffer la Cédéao, même si la délégation reste persuadée qu’elle va aboutir à un accord.

La population est plus inquiète du comportement de Jammeh. Pour le Président par intériem de l’association du barreau gambien “Si, en temps normal, le droit à un recours existe bel et bien, le fait est qu’il n’existe à l’heure actuelle pas de panel de magistrats habilité à siéger à la Cour suprême”.

En conséquence, fait-il rappeler, difficile à tous les principes de la justice que le président sortant nomme des magistrats à la Cour suprême, lesquels seraient chargés d’examiner un recours déposé par lui ou en son nom ».

L’avis est partagé par le président élu, Adama Barrow qui estime, “que la cour surprême est impossible. “C’est Jammeh lui même qui avait supprimé cette institution”.

Pour sa part, Ousmane Badji, le chef d’Etat major des armées a fait comprendre qu’il serait loyal à Jammeh. “C’est lui qui me paie mon salaire” a-t-il soutenu.