Jean Pierre Senghor : « Notre modèle peut faire école en Afrique »

Jean Pierre Senghor

Annonces

Partagez!

« Le modèle du programme des domaines agricoles communautaires, Prodac peut faire une école en Afrique ». C’est du moins l’assurance que le coordonnateur dudit Programme, Jean Pierre Senghor, a fait.

L’Histoire récente enseigne, en effet, que l’Ouest américain a connu sa véritable révolution agricole au XIX siècle grâce à un modèle similaire : le Dr Dry Farming. Sous l’impulsion forte de l’Etat, Jean Pierre Senghor a fait savoir que « ce modèle a permis de bâtir des grands pôles de compétitivité économique autour de ceintures de production ».

Il fait rappeler les célèbres Belts (Corn Belt, Cotton Belt, Dairy Belts etc…) qui ont abouti à un palmarès éblouissant de productions, tant végétales qu’animales.

Après 1945, « Les Etats-Unis sont passés au premier rang mondial pour le mais, les agrumes, le coton brut, au second rang mondial pour la pomme de terre, les bovins, les porcins », dit-il.

Plus proches du Sénégal, en Afrique, les exemples du Kenya et de l’Ethiopie méritent également d’être cités. « Ces modèles ont, en effet, consacré la promotion d’entrepreneurs agricoles prospères qui se sont à peu professionnalisés au sein de domaines agricoles partagés », a soutenu M.Senghor.

Selon lui, la Zambie, elle aussi, offre l’un des modèles les plus achevés et les plus proches des DAC : la Future Farn. Pour Jean Pierre Senghor, le modèle du DAC ne se limite pas à la seule production végétale. « Tous les systèmes de production sont concernés : végétale, animale ; aquacole », renchérit-il.

A l’en croire, la particularité tient, ici, au fait que, dans chacun de ces systèmes de production, une démarche « chaînes de valeur » intervient. « Chaque segment d’une chaîne donnée représente une niche d’emplois qu’il s’agit de valoriser ; de la production à la mise en marché, en passant par la transformation et le conditionnement » indique M.Senghor. Selon lui, il devient, alors, tout à fait possible de mettre sur le marché des articles estampillés « Produits du terroir ».

« Notre modèle peut faire une école en Afrique » a-t-il laissé entendre. Pour faciliter l’insertion des jeunes en Afrique, diplômés ou non, lutter contre le sous-emploi et la précarité, M.Senghor plaide pour des formations qui répondent à des besoins spécifiques de l’économie africaine.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Be the first to comment on "Jean Pierre Senghor : « Notre modèle peut faire école en Afrique »"

Laisser un commentaire