Justice : Le Gabon sur le toit du monde

Marie Madeleine MborantsuoMarie Madeleine Mborantsuo

Ads

Partagez!

Marie Madeleine Mborantsuo, présidente de la Cour constitutionnelle du Gabon, vient d’être élue présidente du bureau de la Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle (WCCJ, en anglais).

Le Gabon vient une fois de plus d’être honoré avec l’élection de Marie Madeleine Mborantsuo à la tête de la Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle. La présidente de la Cour constitutionnelle du Gabon a été élue présidente de la Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle, un rassemblement de 105 Cours, Conseils constitutionnels et Cours suprêmes d’Afrique, des Amériques, d’Asie et d’Europe.

Elle devra donc conduire cette institution mondiale qui agit en faveur de la justice constitutionnelle comme élément essentiel de la défense de la démocratie, de la protection des droits de l’homme et de l’Etat de droit. C’est désormais à elle que revient la délicate et exaltante mission de faciliter le dialogue entre les juges des Cours constitutionnelles de la planète.

Présidente de la Conférence des juridictions constitutionnelles africaines depuis 2016, Marie-Madeleine Mborantsuo devra, grâce à son expérience et à son talent, prouver une fois encore aux yeux du monde qu’elle est une référence et a du répondant en la matière. La durée du mandat est d’un an.

L’élection de cette digne et valeureuse Gabonaise vient donc taire définitivement toute la campagne de dénigrement et le lynchage médiatique orchestrée à son endroit par les oiseaux de mauvais augure et les sirènes de la délation au lendemain du verdict vidant le contentieux électoral prononcé en septembre dernier.

Verdict qui a tout simplement confirmé la victoire d’Ali Bongo Ondimba sur son challenger Jean Ping. Cette marque de confiance à l’échelle planétaire vient tout simplement confirmer toute la probité et la transparence qui l’ont toujours caractérisée au quotidien dans ce métier noble qu’elle a toujours exercé avec bravoure et maestria. Car, être présidente de la Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle n’est pas du qui veut, mais du qui peut.

Rappelons que la Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle agit en faveur de la justice constitutionnelle – comprise au sens de contrôle de la constitutionnalité des lois, y compris la jurisprudence en matière de droits de l’homme – comme élément essentiel de la démocratie, de la protection des droits de l’homme et de l’Etat de droit.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Laisser un commentaire