Karim Wade fusille la justice Sénégalaise

Karim WadeKarim Wade

Annonces

Partagez!

Dans une déclaration adressée à la presse, Karim Wade s’est montré violent à l’endroit de la justice sénégalaise qu’il n’a pas ménagée.

« Mes avocats m’ont informé que M. Badio CAMARA, Premier Président de la Cour suprême, nommé par Macky Sall, a fixé au 30 août prochain l’audience et la composition de la chambre administrative qui devra juger mon pourvoi en cassation contre l’ordonnance du 23 juillet 2018 de Mme Aïssatou Diallo BA, Présidente du Tribunal d’Instance Hors Classe de Dakar. Ce tribunal s’est déclaré incompétent pour examiner le rejet arbitraire, sans fondement juridique, de mon inscription sur les listes électorales par les services du ministre de l’Intérieur M. Aly Ngouille NDIAYE ». C’est du moins ce qu’a déclaré le fils de l’ancien président du Sénégal Karim Wade, dans une déclaration dont nous détenons une copie.

Pour Karim Wade, à la veille de cette audience, « je tiens à bien faire comprendre que M. Badio CAMARA est au cœur du dispositif mis en place par Macky Sall pour instrumentaliser la justice contre ses opposants politiques ». « Il est l’un des principaux exécutants du complot politico-judiciaire dont je suis victime depuis 6 ans. En sa qualité de premier Président de la Cour suprême, il porte une responsabilité personnelle, directe et écrasante dans les violations de mes droits fondamentaux, constatées par la Cour de Justice de la CEDEAO, le Groupe de Travail des Nations Unies sur la détention arbitraire, ainsi que toutes les juridictions internationales qui se sont prononcées sur ma situation », dit-il.

Installé par Macky SALL à la tête d’un petit clan de magistrats aux ordres qui ont transformé la justice en annexe du pouvoir exécutif, explique Karim Wade,  M. Badio CAMARA a été maintenu à son poste alors qu’il devait partir à la retraite le 9 avril 2017, dans le seul but d’aider Macky Sall à se débarrasser des candidats qui font obstacle à sa tentative d’être réélu à la tête du Sénégal.

Selon l’opposant, depuis 2012, d’abord comme Président de la chambre pénale de la Cour Suprême, puis comme Procureur général près de la Cour suprême, enfin comme premier Président de la Cour suprême, M. Badio CAMARA a planifié et organisé le 23 mai 2014 le rabat scandaleux de l’arrêt historique de la chambre criminelle de la Cour suprême du 6 février 2014, qui consacrait mon droit d’introduire des recours ou de faire appel contre les décisions de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI).

Le fils de l’ancien président du Sénégal poursuit ses explications pour indiquer que « Badio Camara a organisé le rejet systématique des douze recours que j’ai présentés devant la Cour suprême ; il a aussi organisé le 20 août 2015 le rejet de mon pourvoi en cassation contre l’arrêt du 23 mars 2015 de la CREI, sans avoir répondu aux arguments de mes avocats ».

LIRE AUSSI  Sénégal : Un ancien juge de la CREI se confie sur la condamnation pénale de Karim Wade

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Mapote Gaye
Mapote Gaye journaliste Sénégalais Consultant. Formateur en communication, Marketing et Management

Be the first to comment on "Karim Wade fusille la justice Sénégalaise"

Laisser un commentaire